Director,
Writer,
Actress
Born in 1938, USSR
 
Died in 1979
Larisa SHEPITKO
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Лариса Ефимовна ШЕПИТЬКО
Larissa CHEPITKO
From filmography
 
Director
1976 - Voskhozhdenie (Восхождение) [fiction, 110 mn]
1971 - Ty i ya (Ты и я) [fiction, 97 mn]
1969 - V trinadtsatom chasu nochi (В тринадцатом часу ночи) [TV film, 70 mn]
1967 - Rodina elektrichestva (Родина электричества) [fiction, 38 mn]
1966 - Krylia (Крылья) [fiction, 103 mn]
1963 - Znoy (Зной) [fiction, 85 mn]
 
Writer
1981 - Proshchanie (Прощание) by Elem KLIMOV [fiction, 128 mn]
1976 - Voskhozhdenie (Восхождение) by Larisa SHEPITKO [fiction, 110 mn]
1971 - Ty i ya (Ты и я) by Larisa SHEPITKO [fiction, 97 mn]
1967 - Rodina elektrichestva (Родина электричества) by Larisa SHEPITKO [fiction, 38 mn]
1963 - Znoy (Зной) by Larisa SHEPITKO [fiction, 85 mn]
 
Actress
1970 - Sport, sport, sport (Спорт , спорт , спорт) by Elem KLIMOV [fiction, 85 mn]

Awards :
Artiste émérite de la Russie, 1974
Lauréate du Prix de l’Union soviétique,1979
Voskhozhdenie :
Golden bear, Berlin International Film Festival : Berlinale, Berlin (Germany), 1977
FIPRESCI Prize, Berlin International Film Festival : Berlinale, Berlin (Germany), 1977
Voskhozhdenie :
Prix du meilleur film et prix de l'Union des cinéastes au Festival l’Union soviétique, 1977
Znoy :
Prix de la meilleure réalisation au Festival national de l'URSS, 1964

Biography
No English biography available !
 
Larissa Chepitko est née le 6 janvier 1938 à Artemovsk en Ukraine et est décédée dans un accident de voiture le 2 juin 1979 à l’âge de quarante et un ans.
En 1963, elle sort diplômée du VGIK (Institut national de la cinématographie) où elle avait étudié dans les classes de Dovjenko et Tchiaoureli.
Son premier film, Chaleur torride, inspiré d’un roman du célèbre écrivain kirghise, Tchinguiz Aïtmatov (auteur de Le Premier maître), raconte l’incompréhension et la dureté qui imprègnent et gâchent les relations entre un adolescent et les adultes qu’il côtoie. Le second film (Les Ailes) traite aussi de difficultés d’adaptation cette fois d’une ancienne pilote devenue directrice d’école face à des adolescents qu’elle ne comprend pas. Le troisième film, un moyen métrage La Patrie de l’électricité inspiré d’un texte de Platonov était une partie d’un projet coréalisé avec Andreï Smirnov et Guenrikh Gabaï et qui, suite à la censure, ne sortira que 20 ans plus tard sous le titre Le Début d’un siècle nouveau. Le thème de l’adaptation à une vie nouvelle ou plus précisément de recherche de nouvelles raisons de vivre sera repris dans le film Toi et moi. Comme dans les films précédents la mise en scène sert parfaitement les propos, les images sont fortes et évocatrices.
Larissa Chepitko recevra une consécration internationale avec le film L’Ascension qui évoque l’héroisme du peuple russe pendant la guerre. Le film reçut l’Ours de Berlin. Peut avant sa mort Larissa Chepitko avait commencé Adieu à Matiora un film magnifique qui sera terminé par son mari, le cinéaste Elem Klimov. Le film raconte la disparition d’un village suite au détournement d’une rivière.


commentaries
- L’Ascension, de Larissa Shepitko : transcender l’horreur de la guerre Herve AUBERT, 2021, lemagducine.fr
- RUSSIA BEYOND : Les cinq meilleures réalisatrices soviétiques Valeria PAÏKOVA, 2021,
- Années 60 [Youlia Solntseva, Larissa Chepitko, Kira Mouratova, Lana Gogoberidze] , Eugénie ZVONKINE, 2019, Cahiers du cinéma n° 757, juillet-août 2019
- Les Ailes de Larissa Chepitko Antoine ROYER, 2017, dvdclassik.com
- Chepitko / Klimov, un couple du cinéma soviétique , Eugénie ZVONKINE, 2017, culturopoing.com
- Elem et Larissa , Eugénie ZVONKINE, 2017, Cahiers du cinéma N° 732, avril 2017
- Klimov + Chépitko , Françoise NAVAILH, 2017, Kinoglaz.fr
- Des territoires de projection : la représentation des confins dans le cinéma soviétique (1928-1968) Catherine GÉRY, 2016, Presses de l'Inalco
- FILM Review: The Homeland of Electricity by Larisa SHEPITKO Keith UHLICH, 2006, www.slantmagazine.com
- The Homeland of Electricity 1967 ‘Rodina electrichestva’ Directed by Larisa Shepitko Sally Jane Black, , letterboxd.com