Acteur
Né en 1935, URSS (Géorgie)
 
Décédé en 2021
Kakhi KAVSADZE
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Кахи Давидович КАВСАДЗЕ
Kakhi KAVSADZE
Extrait de la filmographie
 
Acteur
2015 - Têli et Toli (Тэли и Толи) de Aleksandr AMIROV [fiction, long métrage]
2014 - N/B (Ч/Б) de Evgueni CHELIAKINE [fiction, 92 mn]
1984 - Le Repentir (Покаяние) de Tenguiz ABOULADZE [fiction, 153 mn]
1977 - L'Arbre du désir / L'arbre des souhaits (Древо желания) de Tenguiz ABOULADZE [fiction, 107 mn]
1975 - Le Coup de foudre (Любовь с первого взгляда) de Rezo ESSADZE [fiction, 90 mn]
1971 - Un collier pour ma bien-aimée (Ожерелье для моей любимой) de Tenguiz ABOULADZE [fiction, 75 mn]
1970 - Il était une fois un merle chanteur (Жил певчий дрозд) de Otar IOSSELIANI [fiction, 83 mn]
1969 - Le Soleil blanc du désert (Белое солнце пустыни) de Vladimir MOTYL [fiction, 85 mn]
1968 - Bon pour le service auxiliaire (Годен к нестроевой) de Vladimir ROGOVOI [fiction, 78 mn]
1966 - Il ne voulait pas tuer (Он убивать не хотел) de Gueorgui CHENGUELAIA [fiction, 92 mn]

Biographie
Né le 5 juin 1935 dans une famille d’artistes.
Son grand-père paternel, Sandro Kavsadzé », est condisciple de Staline au Séminaire de Tiflis (1), il est le créateur de l’Ensemble Populaire de chant et danse de la Géorgie ; son père David Kavsadzé lui succède à sa mort en 1939. Pendant la guerre, il est fait prisonnier en mai 1942 et interné dans un camp allemand ; en 1944 il est libéré grâce à des Géorgiens émigrés en France. Il vit alors en France puis retourne en URSS. En vertu de l’ordre N° 270 du 16/8/1941 qui assimile tout prisonnier de guerre soviétique à un traître, il est condamné et expédié en Sibérie où il meurt en 1952. Kakhi et son frère sont exclus de l’Ecole musicale pour enfants doués parce que fils d’un « ennemi du peuple ». Ils sont élevés par leur mère docteure. A l’époque du Dégel, ils peuvent reprendre une vie normale. En 2011, la scénariste du « Repentir », Nana Djanélidzé, consacre le documentaire « Y a-t-il un théâtre là-bas ?! » où Kakhi Kavsadzé raconte sa vie et les déboires subis par sa famille.
Acteur de théâtre et cinéma géorgien.
En 1959, diplômé de l’Institut Théâtral Roustavéli de Tbilissi. Il intègre la troupe du théâtre Roustavéli.
Débuts au cinéma en 1957. Il acquiert une gloire impérissable en jouant le méchant (Abdoullah le Noir) dans « Le soleil blanc du désert » (1969). Entre 1974 et 1980, il joue le simplet Kakha dans une série de courts métrages sur scénario de Rezo Tchkheïdzé. Sa filmographie est conséquente : entre 1957 et 2014, 76 films tant géorgiens que russes. Rôles marquants dans « Un bijou pour ma bien-aimée (1971), « Les mélodies du quartier de Vera » (1973), « Les plants » (1973), « Dumas au Caucase » (1979), « Le repentir » (1984).
Artiste du Peuple de la Géorgie (URSS) en 1981.
(1) Tiflis devient Tbilissi en août 1936.