Réalisateur
Né en 1901, Russie
 
Décédé en 1982
Alexandre ALEXEIEFF
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Александр АЛЕКСЕЕВ
Alexandre ALEXEIEFF
Extrait de la filmographie
 
Réalisateur
1963 - Le Nez (Нос) [animation, 11 mn]

Autres films
1933 - Une Nuit sur le Mont Chauve / Ночь на Лысой горе
1935 - La Belle au Bois Dormant / Спящая красавица
1936 - Opta Empfangt L'Orchestre automatique
1936 - Parade des Sools
1937 - Étoiles Nouvelles
1943 - En passant / Мимоходом
1951 - Essais Pendulaires
1952 - Fumées
1953 - Masques
1954 - Nocturne
1954 - Les Rimes
1954 - Pure Beauté
1955 - La Sève de la Terre (film publicitaire pour Esso)
1956 - Quatre temps (blizzard) 1956 Bain d'X
1956 - Osram
1957 - Cocinor 1957 Nescafé 100%
1958 - Constance
1958 - Anonyme 1960 Etudes de Solides Illusoires
1960 - A propos de Jivago / По поводу Живаго
1961 - Automation 1961 Divertissement
1964 - L'Eau
1972 - Tableaux d’une exposition / Картинки с выставки
1980 - Trois thèmes / Три темы

Prix et récompenses :
Le Nez :
- Count de Lanua Prize at the International Art Film Festival, Knokke-Le-Zoute, Belgium 1964
- Awarded Diploma of the International Short Film Festival, Berlin, 1964.
- Honorable Mention, Film of High Quality,French National Center for Cinematography, 1963.

Biographie
Réalisateur de dessins animés, Alexandre Alexeieff est français d’origine russe. Il est né à Kazan, en 1901. En 1907 il entre à l’école des Cadets de saint-Pétersbourg. En 1920 Alexandre Alexeieff quitte la Russie pour venir s’installer en France en 1921. Il est mort à Paris en 1982.
Il travaille d’abord comme dessinateur, décorateur et costumier, notamment pour Gaston Baty, Louis Jouvet, Georges Pitoëff et également pour les ballets russes.
A la fin des années 20 Alexandre Alexeieff travaillera surtout comme graveur, utilisant différents procédés (xylographie, lithographie, eaux mortes, aquatinte) pour illustrer notamment des œuvres littéraires (La pharmacienne de Gireaudoux, le journal d’un fou de Gogol etc.) Sa carrière au cinéma commence en 1930 avec l’invention d’un appareil appelé « l’écran épinglé ». Il s’agit d’un panneau d’1m30 sur 1m percé d’environ 500 000 trous dans lesquels peuvent être introduites des épingles mobiles. Un éclairage latéral permet d’obtenir selon la position des épingles toutes les nuances de gris et par suite de formes. Le film est constitué image par image comme un film d’animation. Avec sa principale collaboratrice, Claire Parker, qui deviendra ultérieurement sa femme, il crée, par ce procédé de « l’écran épinglé » plusieurs films dont Une nuit sur le mont Chauve (1933) illustration d’une musique de Moussorgski, En passant réalisé au Canada en 1943, puis à nouveau en France Le Nez d’après Gogol (1963) et le prologue du film d’Orson Welles, Le Procès.
Alexandre Alexeieff a aussi réalisé de nombreux films publicitaires en particulier à partir de 1952. Ces films, considérés comme de véritables œuvres d’art, ont été créées en utilisant un procédé inventé par lui, la « totalisation » (dite encore méthode du pendule composé) qui permet de réaliser de subtiles trucages et jeux de lumière.
Sa technique de l’écran épinglé a été adaptée pour la couleur par Jacques Drouin et Bretislav Pojardans dans leur film L’Heure des anges (1986)
 

Commentaires et bibliographie
 
Dossier Cinedoc
 

Images et vidéos

L'écran épinglé