Actrice
Née en 1937, URSS (Russie)
 
 
Larissa KADOTCHNIKOVA
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Лариса Валентиновна КАДОЧНИКОВА
Larisa KADOCHNIKOVA
Extrait de la filmographie
 
Actrice
2011 - Maman à louer (Мама напрокат) de Nikolaï MIKHAILOV [fiction, 90 mn]
1980 - La Poule noire, ou les habitants souterrains (Черная курица, или подземные жители) de Viktor GRES [fiction, 74 mn]
1976 - Supposons que tu sois capitaine... (Предположим, ты капитан...) de Alla SOURIKOVA [fiction, 65 mn]
1971 - L'Oiseau blanc marqué de noir (Белая птица с черной отметиной) de Youri ILIENKO [fiction, 99 mn]
1969 - Les Commissaires (Комиссары) de Nikolaï MACHTCHENKO [fiction, 77 mn]
1968 - La Nuit de la Saint-Jean (Вечер накануне Ивана Купала) de Youri ILIENKO [fiction, 71 mn]
1965 - Temps, en avant ! (Время, вперед!) de Sofia MILKINA , Mikhaïl SCHWEITZER [fiction, 158 mn]
1965 - Une source pour les assoiffés (Родник для жаждущих) de Youri ILIENKO [fiction, 72 mn]
1964 - Les Chevaux de feu (Тени забытых предков) de Sergueï PARADJANOV [fiction, 97 mn]
1960 - Résurrection (Воскресение) de Mikhaïl SCHWEITZER [fiction, 317 mn]
1958 - La Dernière Feuille (Последний лист) de Jemma FIRSOVA [fiction, 9 mn]

Biographie
Née le 30 août 1937 à Moscou.
Artiste du Peuple d'Ukraine (1992).
Artiste du Peuple de Russie (2005).
Fille de la célèbre actrice russe Nina Alissova ("La Fille sans dot", "L'arc-en-ciel") 1915-1996). Son père était Valentin Kadotchnikov (1912-1942), réalisateur dans l'animation, étudiant très apprécié d'Eisenstein.
Son frère est l'opérateur russe Vadim Alissov, né en 1941. ("Romance cruelle").
Diplômée du VGIK en 1961 (classe de Boris Bibikov et Olga Pyjova).
Dans la seconde moitié des années 50 qui virent débuter nombre de futures vedettes du cinéma russe et soviétique, le visage de Kadotchnikova devient familier. Son tout premier film ("Vassili Sourikov" / 1959,) alors qu'elle est encore étudiante au VGIK, n'est pas une réussite. Mais elle se positionne comme une héroïne lyrique et dramatique. Ses vrais débuts sont postérieurs. Il s'agit d'un épisode dans le film de Mikhaïl Schweitzer "L'enseigne Panine" /1960. Mais ce fut une victoire à la Pyrrhus qui eut des répercussions dramatiques sur son destin ultérieur. Car il détermina son emploi d'héroïne vivant exclusivement dans le monde des contes ou des légendes romantiques et non de femme sur terre. Comme si elle était née trop tard. Comme si elle appartenait au cinéma muet. Ses grands yeux sombres, l'étrange ovale du visage, sa beauté inhabituelle quasi céleste, tout cela attirait et ... effrayait les réalisateurs. La singularité de Kadotchnikova ne s'inscrivait dans aucune rubrique typique contemporaine. "Trop exotique !" disaient d'elle les réalisateurs, et on lui conseillait de tourner des féeries, des trucs poétiques.
Aussi à l'aise sur scène que sur un plateau, elle mène en parallèle à sa carrière au cinéma une carrière au théâtre. Dès sa sortie du VGIK, elle est engagée par le théâtre "Sovremennik" de Moscou où elle reste jusqu'en 1964. Cette année-là, elle part à Kiev (Ukraine) où elle devient membre de la troupe du Théâtre National Académique russe Lessia Oukraïnka. Elle commence aussi à tourner pour les Studios Dovjenko de Kiev. Au début l'opinion est unanime à son sujet: "Visage trop difficile' disent les opérateurs.
Heureusement, en 1964 l'opérateur Ilya Ilenko réussit à changer la donne dans le film de Sergueï Paradjanov "Les Chevaux de Feu". Désormais, le destin de Larissa Kadotchnikova est inséparable du cinéma ukrainien, plus exactement des films d'Ilya Ilenko devenu entre-temps réalisateur.
Entre 1959 et 2009, elle a tourné 31 films.
Larissa Kadotchnikova est également une artiste graphiste de renom. A la question "Qu'est-ce qui vous a poussée vers le dessin ?" elle répond que sa carrière d'actrice en dents de scie l'a menée vers le crayon et les couleurs. "Ni le cinéma ni le théâtre ne m'ont permis d'exprimer mes envies créatrices. Le dessin a été une issue inattendue."