Réalisatrice,
Scénariste,
Actrice
Née en 1976 
 
 
Dinara DROUKAROVA
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Динара Анатольевна ДРУКАРОВА
Dinara DRUKAROVA
Extrait de la filmographie
 
Réalisatrice
2018 - Ma branche toute fine (Моя веточка тоненькая) [fiction, 14 mn]
 
Scénariste
2018 - Ma branche toute fine (Моя веточка тоненькая) de Dinara DROUKAROVA [fiction, 14 mn]
 
Actrice
2018 - Ma branche toute fine (Моя веточка тоненькая) de Dinara DROUKAROVA [fiction, 14 mn]
2013 - Marussia (Маруся) de Eva PERVOLOVICI [fiction, 82 mn]
2011 - Bédouin (Бедуин) de Igor VOLOCHINE [fiction, 90 mn]
2007 - Antisex (Антисекс) de Larissa ISSAEVA [fiction, 73 mn]
2006 - Pour aller au ciel il faut mourir (Чтобы попасть в рай ты должен умереть) de Djamshed USMONOV [fiction, 90 mn]
1998 - Des monstres et des hommes (Про уродов и людей) de Alekseï BALABANOV [fiction, 93 mn]
1993 - Des anges au paradis (Ангелы в раю) de Evgueni LOUNGUINE [fiction, 122 mn]
1993 - Nous, les enfants du 20ème siècle (Мы, дети 20 века) de Vitali KANEVSKI [documentaire, 84 mn]
1991 - Une vie indépendante (Самостоятельная жизнь) de Vitali KANEVSKI [fiction, 104 mn]
1989 - Bouge pas, meurs et ressuscite (Замри-Умри-Воскресни) de Vitali KANEVSKI [fiction, 105 mn]

Prix et récompenses :
Des anges au paradis :
Meilleur rôle féminin, Festival du cinéma russe à Honfleur, Honfleur (France), 1999

Biographie
Actrice russe de cinéma russe, soviétique et française.
Née le 3 janvier 1976 à Léningrad (Russie-URSS).
Débuts très précoces au cinéma, dès 12 ans, dans le film « C’était au bord de la mer » (1989) d’A. Chakhmalieva. Mais elle devient célèbre dès son deuxième film « Bouge pas, meurs et ressuscite » de V. Kanevski où elle joue l’un des deux rôles principaux. Le film fait sensation à Cannes où il reçoit en 1990 la Caméra d’Or. Avec Kanevski, participe à sa trilogie avec « Une vie indépendante » (1992) et le documentaire « Nous les enfants du XX° siècle » (1993). Autre film important « Des anges au paradis » 1993) d’E. Lounguine.
En 1995, elle tourne son premier film français « Le fils de Gascogne » de P. Aubier. En fait, elle ne tourne plus qu’un film important en Russie : « Des monstres et des hommes » (1998) d’A. Balabanov.
En 1999, elle est diplômée de la Faculté en sciences humaines (section Relations publiques) de l’Institut Electrotechnique de Saint-Pétersbourg (ex-Léningrad). En 1999, elle s’installe définitivement en France, où se déroule l’essentiel de sa carrière, mais elle continue de séjourner une partie de l’année à Saint-Pétersbourg.
Comme elle le reconnaît elle-même, son léger accent en français la cantonne à des rôles « russes » : la mère de S. Gainsbourg dans « Gainsbourg. Vie héroïque » de J. Sfarr en 2010 ou « Maroussia » (2013) d’E. Pervolovici ou simplement d’étrangères : « Depuis qu’Otar est parti » (2003) de J. Bertucelli. Elle tourne aussi dans « Qu’un seul tienne et les autres suivront (2009) de L. Fehner, « Amour » (2012) de M. Haneke, « Trois souvenirs ma jeunesse » (2015) d’A. Despléchin.
Entre 1989 et 2015, elle tourne en tout 34 films, dont 8 russes. Il faut inclure 9 courts métrages entre 1995 et 2006.
Récompenses : Meilleur rôle féminin à Honfleur en 1999 pour « Des anges au paradis » ; Prix Michel-Simon 2003 et Nomination au César du Meilleur espoir féminin en 2004 pour « Depuis qu’Otar est parti ».
En 2010, elle dans le Jury présidé par Atom Egoyan de Cinéfondation (sélection de films d’étudiants) au Festival de Cannes 2010.