Evgueni BAUER
Евгений БАУЭР
Yevgeni BAUER
Russie, 1914, 1245m 
Noir et blanc, muet, fiction
Témoins muets
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Немые свидетели

 

 Mute Witnesses

 Nemyye sviditeli

 
Réalisation : Evgueni BAUER (Евгений БАУЭР)
Scénario : Aleksandr VOZNESSENSKI (Александр ВОЗНЕСЕНСКИЙ)
 
Interprétation
Andreï GROMOV (Андрей ГРОМОВ) ...Le fiancé de Nastia, laquais des voisins
Aleksandr KHEROUVIMOV (Александр ХЕРУВИМОВ) ... le portier, le grand-père de Nastia
Elsa KRIOUGER (Эльза КРЮГЕР) ...Ellen, la fiancée de Pavel
Piotr LOPOUKHINE (Пётр ЛОПУХИН) ...Un habitant de la maison
Viktor PETIPA (Виктор ПЕТИПА) ...Le baron von Reren
Dora TCHIGORINA (Дора ЧИГОРИНА) ...Nastia, la femme de chambre
Aleksandr THARGONINE (Александр ЧАРГОНИН) ...Pavel Kostyritsyne
 
Production : A. Khanjonkov & Cie
Date de sortie en Russie : 29/04/1914
 

Synopsis
Varia était femme de chambre chez les Kostritsyn lorsque son mari est venu la reprendre pour la ramener au village. Elle a été remplacée par Nastia la petite fille du portier qui était beaucoup plus éveillée. La jolie et gracieuse jeune fille a vite été remarquée par Pavel le fils de la maison. Celui-ci est pourtant fiancé à Ellen qu'il aime mais qui lui préfère le Jeune baron de Reren. Alors Pavel se rapproche de Nastia qui devient éperdument amoureuse. Mais voilà que le baron abandone Ellen qui revient vers Pavel et celui-ci délaisse Nastia qui, devoir oblige, va devenir femme de chambre du nouveau couple et témoin impuissant de l'infidélité d'Ellen. Sur l'insistance de celle-ci le jeune couple part à l'étranger et Nastia effondrée doit continuer à travailler pour les parents de Pavel.
 

Commentaires et bibliographie
 
"La frontière qui sépare les classes sociales et qui constitue un obstacle solide aux relations entre les gens « d’en haut » et les gens « d’en bas » est le thème centrale du film. Le personnage du grand seigneur et celui de la femme de chambre, du maître et de l’esclave en quelque sorte, tous deux dotés d’une psychologie propre, en sont les deux pôles. (…)
Le film opte pour un réalisme rude, fait de sincérité et de simplicité. Les personnages principaux sont donc réalistes. Ainsi en va-t-il, par exemple, de la jeune Nastia, malheureuse femme de chambre, à qui la vie a joué un mauvais tour en ne lui offrant pour tout cadeau, que le triste souvenir d’un court moment de bonheur perdu à tout jamais. Ainsi en va-t-il également du père de Nastia, vieux portier écrasé par le fardeau de la vie. Ellen, personnage de coquette mondaine, est tout aussi convaincante. Il s’agit d’une jeune femme égoïste et capricieuse, qui prodigue sans compter sourires et baisers en jouissant pleinement de tous les avantages de la vie. On peut ainsi constater à travers ces figures que le mythe du sang bleu hantait encore les esprits de l’époque. Cette pensée est le leitmotiv du film. Par ailleurs, il faut mentionner un autre personnage, celui d’un homme veule et pleurnicheur, dénué de toute volonté, un égocentrique absorbé par la contemplation de son pitoyable nombril.
L’expression réaliste de ce rejet radical de la morale bourgeoise propre à toutes les pièces, les russes autant qu’étrangères, augmente d’autant la valeur de l’œuvre."
BK. 1914. №88/8. 43. Traduit du russe par Vera Kolessina

"Le réalisateur Evgeni Bauer appréciait la beauté. Il faisait en sorte que les acteurs s’insèrent harmonieusement dans le décor du film. Ainsi, qu’il s’agisse des bouleaux romantiques lors d’un tournage en extérieur ou bien de meubles exquis en studio, tout venait chez Bauer influencer le jeu des comédiens. Le cinéaste évitait soigneusement tout geste brusque dans le cadre, et proscrivait, par exemple, une démarche heurtée, un haussement d’épaules ou tout autre mouvement du même genre. Tout devait être beau, jusqu’aux pleurs. Voilà pourquoi les émotions violentes sont absentes chez Bauer, non seulement dans ses films décadents qui constituent la majeure partie de son répertoire, mais aussi dans ses œuvres réalistes, comme, par exemple, dans « Les témoins muets », tourné d’après le scénario de A. Voznessenski, qui montre avec beaucoup de véracité le gouffre profond qui sépare les petits gens de l’élite sociale…"
Bek-Nazarov, 1965. 73 Traduit du russe par Vera Kolessina

Sélections dans les festivals :
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005
- Festival international du film de La Rochelle, La Rochelle (France), 1995