Sergueï EISENSTEIN
Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН
Sergey EISENSTEIN
URSS, 1925, 75mn 
Noir et blanc, muet, fiction
Le Cuirassé Potemkine
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Броненосец «Потемкин»

 

 Battleship Potemkin («1905»)

 Bronenosets Potiomkin

Sous titre russe : 1905 год (l'année 1905)
 
Réalisation : Sergueï EISENSTEIN (Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)
Scénario : Nina AGADJANOVA (Нина АГАДЖАНОВА), Nikolaï ASSEV (Николай АСЕЕВ)
 
Interprétation
Grigori ALEXANDROV (Григорий АЛЕКСАНДРОВ) ...Guiliarovski
Aleksandr ANTONOV (Александр АНТОНОВ) ...Vakoulintchouk
Vladimir BARSKI (Владимир БАРСКИЙ) ...Golikov
Ivan BOBROV (Иван БОБРОВ)
Sergueï EISENSTEIN (Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН) ...Un citoyen
Andreï FAIT (Андрей ФАЙТ)
Mikhaïl GOMOROV (Михаил ГОМОРОВ) ...Matouchenko
Vladimir OURALSKI (Владимир УРАЛЬСКИЙ)
 
Images : Edouard TISSE (Эдуард ТИССЭ)
Décors : Vassili RAKHALS (Василий РАХАЛЬС)
Musique : Edouard MAIZEL (Эдуард МАЙЗЕЛЬ)
Production : Mosfilm
Restauration : En 1950 puis 1976, par Mosfilm
Date de sortie en Russie : 18/01/1926
 
Date de sortie en France : 1926-11-12, Site

Prix et récompenses :
Named the greatest film of all time at the Brussels World's Fair, 1958.

A noter :
Pour ce film, Grigori Alexandrov était assistant de Sergueï Eisenstein
Une projection privée du film avait eu lieu à Moscou le 21/12/1925
Une musique d'accompagnement a été composée par Dmitri Chostakovitch en 1976

DVD avec sous-titres
Editeur : Bach Films
Editeur : Films sans frontières
Editeur : Image Entertainment
Editeur : MK2. 2008.
Montage originel de 1926 fidèle aux désirs d'Eisenstein
Editeur : Ruscico.
Sous-titres : EN FR
Editeur : Potemkine. 2018. Titre : Le Cuirassé Potemkine.
Cette édition de trois DVD comprend le documentaire : L’Utopie des images de la révolution russe, un film de Emmanuel Hamon
Ainsi que les suppléments :
- Le Cuirassé Potemkine, version sonore allemande de 1930 d'Aloïs Lippl (49')
- Sur les traces du Cuirassé Potemkine, documentaire sur l’histoire du film et sa restauration (42’)
- Naissance d’un cinéma révolutionnaire, documentaire de Luc Lagier (19’)
- Entretien avec François Albera (historien du cinéma)
- Eisenstein avant Potemkine (22’)
- Analyse du Cuirassé Potemkine (28’)
- Les différentes versions (20’)
- Survivances et antécédents du Cuirassé Potemkine : Eisenstein au miroir de Zamiatine par F. A. (10')

Synopsis
La mutinerie des marins du « Cuirassé Potemkine » est l’un des épisodes les plus célèbres de la première révolution russe, en 1905, née de la défaite de la Russie à Port-Arthur ( 2 janvier) dans la guerre contre le Japon. Le "Cuirassé Prince Potemkine" est l’un des navires, mouillés à Odessa, de l’escadre tsariste, dont certains matelots entretenaient des liens avec les ouvriers grévistes du port. Le 14 juin, les marins du "Potemkine" refusent de manger de la viande avariée que le médecin major Smirnov a déclarée consommable, et le commandant Golikov décide de faire fusiller un groupe de mutins. Mais les marins de la garde refusent d’obéir et jettent à l’eau les officiers. Dans la mêlée qui s'en suit un marin est tué. Son corps est exposé dans le port d'Odessa, la foule vient s'y recueillir et fraternise avec les marins. Une émeute populaire en faveur des marins est brutalement réprimée notamment sur l'escalier qui surplombe le port. Les canons du Potemkine tirent alors sur l’armée. Le Potemkine triomphera encore de l’escadre tsariste envoyée pour le maîtriser : sans combat, il passera sous les ovations de tous les marins de la flotte.
 

Commentaires et bibliographie
«Zoom sur un classique»: Le Cuirassé Potemkine du cinéaste russe Sergueï M. Eisenstein, Mathilde RENAUD, labibleurbaine.com, 2020
RUSSIA BEYOND : Top 5 des films muets soviétiques, reconnus comme des chefs-d’œuvre du cinéma mondial, Ekaterina SINELCHTCHIKOVA, RUSSIA BEYOND, 2020
Top 3 Russian historical movies rated by IMDB users, RUSSIA BEYOND, 2020
Le Cuirassé Potemkine, Ronny CHESTER, dvdclassik.com, 2018
Лента длиною в эпоху. Шедевры советского кино, Neïa ZORKAIA, Bely Gorod, 2017
Eisenstein / Rybczynski : le coup de l'escalier, Jean-François BUIRÉ, upopi.ciclic.fr, 2017
Peuples en larmes, peuples en armes [à propos du Cuirassé Potemkine], Georges DIDI-HUBERMAN, Les Editions de Minuit, 2016
Eisenstein et Meisel : contre les « restaurations », les variantes. Le Cuirassé Potemkine, Octobre (Filmmuseum, no 82), François ALBERA, 1895, 2015
Второй план в советском кино, Evgueni MARGOLIT, seance.ru, 2012
Sergueï Mikhailovitch Eisenstein, Guillaume BENOIT, evene.fr, 2009
Il y a quatre-vingts ans, un coup de génie d’Eisenstein Le Cuirassé Potemkine, Lionel RICHARD, Le Monde diplomatique, 2005
Un film peut en cacher un autre. À propos des différentes versions du Cuirassé Potemkine et de la réapparition de la mise en musique d’Edmund Meisel, Thomas TODE, 1895 N°47. AFRHC, 2005
The Battleship Potemkin : the film companion, Richard TAYLOR, I.B.Tauris, 2000
Les origines du cinéma soviétique : un regard neuf, Myriam TSIKOUNAS, Cerf, 1992
Le paradoxe du Potemkin, Marc FERRO, Cahiers du monde russe et soviétique N°30, 1989
Броненосец Потемкин Сергея Ейзенштейна, Rostislav YOURENEV, Наука, 1965
Le Cuirassé Potemkine [scénario du film], Groupe d'auteurs, Avant-Scène du Cinéma, n°11, 1962
 
Le Cuirassé Potemkine considéré en 1958 comme "le meilleur film du monde" par un jury international est un film de commande qui devait commémorer le 25ème anniversaire de la révolution russe manquée de 1905. Il fut réalisé en 7 semaines de fin septembre à novembre 1925. Son impact en Union Soviétique et dans le monde fut immense. A sa sortie il fut interdit dans la plupart des pays occidentaux où il n'était montré qu'en séances privées. Il fut cependant autorisé en Allemagne après une première interdiction qui avait amené des manifestations populaires de protestation et non sans que la justice ait imposé une coupure d'environ 4 minutes.
Selon certaines sources, le succès en Union Soviétique n'est venu qu'après les critiques élogieuses internationales. Selon d'autres sources dans les trois semaines qui ont suivi sa sortie publique à Moscou 300 000 spectateurs ont vu le film.
Une nouvelle copie est sortie au festival de Berlin de février 2005
Opinions : Le Potemkine fut dans une certaine mesure une actualité reconstituée à la façon de films analogues réalisés, vingt ans plus tôt, par Alfred Collins, Zecca et Nonguet, Sergueï Eisenstein dut renoncer à y employer son montage des attractions. Mais, sous l'influence de Dziga Vertov et des théories littéraires d'avant-garde, il refusa studio, maquillage, décors et presque les acteurs. Son film eut comme héros les seules masses, les acteurs furent réduits à une figuration intelligente et les chefs révolutionnaire restèrent de simples silhouettes.
Le parti pris de la masse-héros aurait pu entraîner une certaine confusion. Mais le scénario d'Agadanova Choutko, fort clair dans son récit strictement chronologique et historique, créait deux personnages collectifs cohérents : le Cuirassé et la Ville. Le drame naissait de leur dialogue et de leur union.
Le point culminant du Potemkine est la célèbre fusillade sur les escaliers. Elle doit beaucoup au montage rigoureux et dramatique des images admirablement cadrées et photographiées par Tissé, le plus grand peut-être des opérateurs vivants. Ce morceau de bravoure est un parfait exemple du style de Sergueï Eisenstein , unissant les théories littéraires et théâtrales d'avant-garde à celles de Dziga Vertov et de Koulechov et les transformant par son génie propre. La foule est individualisée par des gros plans de visages ou des détails d'attitude et de costume, choisis avec un sens inégalable de la caractérisation (...)
Partout, hors d'U.R.S.S., la censure interdit Potemkine; partout les spectateurs se groupèrent pour l'applaudir en secret. La répression décupla la puissance explosive d'un chef-d'oeuvre que conservent jalousement les cinémathèques. Le film fut rapidement plus célèbre qu'aucun autre, ceux de Chaplin mis à part. " (George Sadoul, Histoire d'un art, le cinéma, des origines à nos jours, Flammarion, 1949)

"L'originalité du film repose d'abord sur le refus de la conception traditionnelle et littéraire du personnage au profit du "type" social et politique : ainsi l'anonymat des soldats qui tirent sur la foule et le typage des victimes (la mère à l'enfant, le cul-de-jatte, la femme au landau, etc.). Mais c'est surtout le choix privilégié du cadrage en plans de détails et en plans serrés, leur articulation en dans un montage au rythme très rapide, quasi paroxystique dans les scènes violentes (scènes de la révolte sur le cuirassé, scène de la répression sur l'escalier,) qui caractérisent à la fois la démarche radicale du cinéaste et l'impact produit sur le public (...)" (Michel Marie, Dictionnaire des films, Larousse, 1990))

"Longtemps considéré comme le meilleur film du monde et interdit par diverses censures, il frappa par son formalisme exacerbé (le montage attraction, le côté théâtral et stylisé de la fusillade sur le grand escalier) et par son souffle révolutionnaire (la foule est la véritable vedette du film) plus que pas son souci de vérité historique. Il souffre aujourd'hui, moins peut-être d'une désaffection à l'égard de la révolution russe, que de ses recherches esthétiques trop poussées qui donnent l'impression de tics d'écriture. Le génie de Sergueï Eisenstein n'en est pas moins incontestable." (Jean Tulard, Guide des films, Robert Laffont, 2002)


Sélections dans les festivals :
- Musicales franco-russes, Toulouse (France), 2020
- Femmes regArts, Givry (France), 2019
- Rétrospective Eisenstein au Centre Pompidou-Metz, Metz (France), 2019
- Cycle Eisenstein à la cinématique de Toulouse, Toulouse (France), 2018
- Festival international du film de Shangaï, Shangaï (Chine), 2017
- Octobre de la tempête aux soupirs. Centenaire de la révolution russe au Cinématographe de Nantes, Nantes (France), 2017
- Fondation Jérôme Seydoux. Octobre 1917, une révolution en images, Paris (France), 2017
- Festival Ciné muet, Plaisance du Gers (France), 2017
- Le centenaire de la révolution d'octobre 1917 au cinéma Les Carmes, Orléans (France), 2017
- Institut Lumière - Centenaire de la révolution d'octobre 1917, Lyon (France), 2017
- Festival 'Il Cinema Ritrovato', Bologne (Italie), 2017
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2017
- Festival de films russes Kinorama au cinéma Royal de Biarritz, Biarritz (France), 2016
- Festival international du film de Marrakech : FIFM, Marrakech (Maroc), 2016
- Fondation Jérôme Seydoux. L'âge d'or du cinéma muet russe (1908-1934), Paris (France), 2015
- Rencontre cinématographique de Pézenas, Pézenas (France), 2015
- Cycle de cinéma ukrainien au MuCEM, Marseille (France), 2014
- Festival international du film de La Rochelle, La Rochelle (France), 2014
- Semaine du cinéma russe à Djibouti, Djibouti (Djibouti), 2012
- Cinéma Russie Institut Lumière, Lyon (France), 2012
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2012
- Balade russe entre théâtre et cinéma, Thionville (France), 2011
- Rétrospective Eisenstein à la Cinémathèque française, Paris (France), 2010
- Festival Cinémascience, Bordeaux (France), 2010
- Week end de cinéma russe au Bono, Le Bono (France), 2010
- Revolutionary Images : Premiers chefs-d’œuvre du cinéma russe et allemand à Beyrouth, Beyrouth (Liban), 2010
- Festival International du Film d'Odessa, Odessa (Ukraine), 2010
- Festival international du film de Copenhague / CPH PIX, Copenhague (Danemark), 2009
- Semaine de cinéma russe à Berlin, Berlin (Allemagne), 2008
- Festival ouvert de cinéma russe Kinotavr, Sotchi (Russie), 2007
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 2005
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005
- Festival du cinéma russe à Honfleur, Honfleur (France), 2003
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 1997
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 1986
- Sortie en France en salle du film :, Différentes villes (France), 1926-11-12

Images et vidéos
 




Film avec sous-titres anglais sur Mosfilm