Youri MAMINE
Юрий МАМИН
Yuri MAMIN
URSS, 1988, 104mn 
Couleur, fiction
Délit de fuites
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Фонтан

 

 The fountain

 Fontan

 
Réalisation : Youri MAMINE (Юрий МАМИН)
Scénario : Vladimir VARDOUNAS (Владимир ВАРДУНАС)
 
Interprétation
Sergueï DREIDEN (Сергей ДРЕЙДЕН) ...L'ingénieur principal Lagounine
Viktor MIKHAILOV (Виктор МИХАЙЛОВ) ...Mitrofanov
Assankoul KOUTTOUBAEV (Асанкул КУТТУБАЕВ) ...Kerbabaev, le père de Maïa
Janna KERIMTAEVA (Жанна КЕРИМТАЕВА) ...Maïa, femme de Lagutin et fille de Kerbabaev
Anatoli KALMYKOV (Анатолий КАЛМЫКОВ) ...Slavik Rouniov
Lioudmila SAMOKHVALOVA (Людмила САМОХВАЛОВА) ...Katia
Alekseï ZALIVALOV (Алексей ЗАЛИВАЛОВ) ...Le musicien qui essaie de voler
Nijole ADOMENAITE (Нийоле АДОМЕНАЙТЕ)
Lioubov ARKUS (Любовь АРКУС)
Aleksandr BACHIROV (Александр БАШИРОВ)
Sergueï DONTSOV (Сергей ДОНЦОВ)
Youri MAMINE (Юрий МАМИН)
Valentin MASLOV (Валентин МАСЛОВ)
Valeri MIRONOV (Валерий МИРОНОВ)
Nina OUSSATOVA (Нина УСАТОВА)
Nikolaï TRANKOV (Николай ТРАНКОВ)
 
Images : Anatoli LAPCHOV (Анатолий ЛАПШОВ)
Décors : Youri POUGATCH (Юрий ПУГАЧ)
Musique : Alekseï ZALIVALOV (Алексей ЗАЛИВАЛОВ)
Production : Lenfilm
 
Site : Page sur IMDb

Synopsis
Prologue « Andante en délire » :
Un vieil homme garde la fontaine du village, creusée dans l’anfractuosité d’un rocher. Les dromadaires semblent veiller sur la paix immuable(espace) du désert. Surgit un camion, tel un monstre, au cœur de la communauté. Les hommes en descendent bruyamment, se précipitent sur la fontaine, la brisent : l’eau jaillit en abondance; ils se servent et repartent en soulevant la poussière. Devant la fontaine tarie, le vieillard pleure.
Deuxième séquence « Allegretto » :
La gare de Moscou : une famille attend; le vieillard vient s’installer dans la famille de sa fille (ou nièce). Il ne parle pas un mot de russe, mais prétend soumettre le foyer de ses enfants à ses traditions ancestrales. L’immeuble dans lequel ils vivent est délabré : les fuites d’eau multiples exigent d’urgentes réparations et la population de l’immeuble s’insurge contre la négligence des responsables.
Troisième et quatrième séquence « Le toit » et « Les ailes » :
La fille (ou nièce) du vieillard, dont le mari est l’ingénieur principal du Bureau de l’Exploitation des Immeubles (le JEK) y fait entrer son père et le voilà préposé au contrôle de la bonne alimentation en eau des immeubles. C’est alors que les décisions opiniâtres du vieil homme, qui applique des principes d’économie stricte, issus de ses anciennes responsabilités au Kazakhstan, et les principes d’économie de l’administration locale, régis par l’incompétence et le manque de moyens, entrent en conflit jusqu’à détraquer toute vie sociale pendant que le toit s’envole et que l’immeuble menace de s’effondrer.
Cinquième et sixième séquences « Pathetico », « Sans eau » et « Dans les ténèbres » :
La vie est paralysée, et dans un effort de solidarité dont les initiateurs tirent de substantiels bénéfices personnels, les habitants de l’immeuble se mobilisent pour sauver les murs. A l'exception d'un des locataires qui, musicien, s'isole en tapant sur son piano, et homme-oiseau, cherche à réaliser son rêve en s'entraînant sur une corde tendue entre les toits face aux protestations indignées des autres locataires et au ravissement des enfants.
Septième séquence « Grandioso », « L’envol » :
L'électricité et l'eau fonctionnent à nouveau. La liberté est retrouvée et par la béance du toit, s’envole le vieillard enchanté.
 

Commentaires et bibliographie
5 meilleurs films soviétiques comiques [selon Russie.fr], Thomas, russie.fr, 2015
Quand les Russes rient 1er Festival du Film russe (Paris du 26 au 30 mars 2015), Dialogue Franco-Russe, 2015
Фонтан (1988), inoekino, 2006
 
« Délit de fuites (La fontaine) est une brillantissime satire sociale de l’incompétence et de l’irresponsabilité à propos d’un immeuble collectif en piteux état et, de plus, menacé de ruine par une lézarde, version comique, en quelque sorte, de Je demande la parole : l’apocalypse qui guette ce microcosme symbolique, peuplé de locataires farfelus (y compris un homme-oiseau qui dévale à travers la cour le long d’un câble) mais mal résignés à l’incurie générale, trouve heureusement une fin modestement optimiste en forme de fuite hors du réel. » (Marcel Martin, Le Cinéma soviétique de Khrouchtchev à Gorbatchev).

Sélections dans les festivals :
- Festival du film russe à Paris, Paris (France), 2020
- Festival du film russe à Paris, Paris (France), 2015
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2011
- Moscou, Saint-Pétersbourg : deux visages de la Russie, Paris (France), 2010
- Russian Resurrection Film Festival, Différentes villes (Australie), 2009
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 2005
- Festival de cinéma russe ''Une fenêtre sur l'Europe'', Vyborg (Russie), 2003
- Prix "NIKA", Moscou (Russie), 1989

Images et vidéos