Alexandre SOKOUROV
Александр СОКУРОВ
Alexandre SOKUROV
Alekseï YANKOVSKI
Алексей ЯНКОВСКИЙ
Aleksey YANKOVSKY
Russie / France, 2010, 50mn 
Couleur, documentaire
Il nous faut du bonheur
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Счастье нам нужно

 

 Happiness is necessary

 Schastye nam nuzhno

 
Réalisation : Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ), Alekseï YANKOVSKI (Алексей ЯНКОВСКИЙ)
Scénario : Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ), Alekseï YANKOVSKI (Алексей ЯНКОВСКИЙ)
Montage : Alekseï YANKOVSKI (Алексей ЯНКОВСКИЙ)
Autres personnes :
Images : Sara Cornu avec la participation de Alexei Jankovs
Son : Makar Akhpachev, Dominique Vieillard
Direction de production : Anne Cohen-Solal
Producteurs : Les Films d'Ici - Serge Lalou / Musée du Quai Branly - Hélène Cerutti / Arte France / Bereg
Partenaires : Procirep / Angoa / Centre national du cinéma et de l’image animée
Diffuseurs : Arte
Production : Arte France, Serge Lalou - Les Films d'Ici, musée du quai Branly
 

Prix et récompenses :
Mention spéciale du jury Festival international du cinéma documentaire de création "Artdocfest", Moscou (Russie), 2012

Synopsis
Déchirée par l'histoire, la communauté kurde revit chaque année dans la fête du Printemps, rite de juvénisation très ancien et précédent l'Islam. Au centre de notre récit se trouve les figures de deux femmes âgées, à la tête de leurs grandes familles, vivant dans les montagnes du Kurdistan irakien. Peindre une communauté musulmane du Moyen Orient à travers le portrait d'une femme, une femme maîtresse de la maisonnée, tel est le défi du film qui veut se loger au cœur de la contradiction.
 

Commentaires et bibliographie
 
Il nous faut du bonheur a été tourné dans la région autonome du Kurdistan en Irak, ancienne Mésopotamie, berceau de civilisations. « Ce n'est pas une mosaïque, c'est un tapis... », déclarait Alexandre Sokourov. Un « tapis oriental », où s'entrelacent les pensées et les sentiments d'un voyageur russe et les destins dramatiques de deux femmes, dont l'une est la compatriote de l'auteur. « Mais je me souviens de deux femmes... Elles ont donné de la paix, à moi, l'errant... », dit-il. L'une est une Kurde de souche, et son nom, Khayal, veut dire « rêve » ; l'autre, une Russe, Zvéta, dont le nom veut dire « lumière », est née et a vécu en Asie centrale. « C'est la première fois de ma vie que j'ai vu une femme avec un destin si dramatiquement confus, avec une âme inlassable, avide de savoir, intelligente, mais qui n'a pas trouvé son bonheur dans la vie qui lui fut donnée... » Ces deux femmes sont voisines dans la mémoire de l'auteur, et leurs existences se croisent sans cesse dans son imagination.
Source : www.jeudepaume.org

Sélections dans les festivals :
- Festival de cinéma dans le cadre des journées européennes du livre russe, Paris (France), 2014
- Festival International du film Nancy-Lorraine (Aye Aye), Nancy (France), 2012
- Festival international du cinéma documentaire de création "Artdocfest", Moscou (Russie), 2012
- Festival international de programmes audiovisuels (FIPA), Biarritz (France), 2011
- Festival international du cinéma documentaire de Nyon "Visions du réel", Nyon (Suisse), 2011
- Festival international du film documentaire de Jihlava, Jihlava (Tchéquie), 2011
- Alexandre Sokourov : des pages cachées, Paris (France), 2010

Images et vidéos
 

"Il nous faut du bonheur" ("Нам нужно счастье")... par rfi-russian