Sergueï PARADJANOV
Сергей ПАРАДЖАНОВ
Sergey PARAJANOV
URSS, 1958, 86mn 
Noir et blanc, fiction
Le Premier gars
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Первый парень

 

 The First Lad

 Pervyy paren

 
Réalisation : Sergueï PARADJANOV (Сергей ПАРАДЖАНОВ)
Scénario : V. BEZOROUDKO (В. БЕЗОРУДЬКО), Pavel LOUBIANSKI (Павел ЛУБЯНСКИЙ)
 
Interprétation
Tamara ALEKSEEVA (Тамара АЛЕКСЕЕВА)
Andreï ANDRIENKO-ZEMSKOV (Андрей АНДРИЕНКО-ЗЕМСКОВ)
Nikolaï CHOUTKO (Николай ШУТЬКО)
Grigori KARPOV (Григорий КАРПОВ) ...Youchka
Mikhaïl KRAMAR (Михаил КРАМАР)
Youri SATAROV (Юрий САТАРОВ) ...Danila
Lioudmila SOSSIOURA (Людмила СОСЮРА) ...Odarka
Varvara TCHAIKA (Варвара ЧАЙКА)
Nikolaï YAKOVTCHENKO (Николай ЯКОВЧЕНКО)
 
Images : Sergueï REVENKO (Сергей РЕВЕНКО)
Décors : Valeri NOVAKOV (Валерий НОВАКОВ)
Musique : Evgueni ZOUBTSOV (Евгений ЗУБЦОВ)
Ingénieur du son : Nina AVRAMENKO (Нина АВРАМЕНКО)
Production : Studio Dovjenko
Date de sortie en Russie : 27/09/1959
 

Synopsis
Youchka, jeune villageois un peu naïf, tombe amoureux d'Odarka, une fille du Komsomol (organisation des jeunesses communistes). Tous les hommes du village, sous l’impulsion d’Odarka et de Danila récemment revenu de l’armée, sont devenus sportifs : gymnastes, nageurs ou footballeurs. Youchka décide de devenir comme eux footballeur pour impressionner Odarka. Lors d'un match, il se propose de remplacer le gardien de but défaillant de l'équipe adverse et participe ainsi à la perte de l'équipe du village. On le regarde en traître mais en même temps on reconnaît qu'il était devenu un bon joueur. Bientôt il jouera pour l'équipe du village et gagnera l'estime de tous et le coeur d'Odarka.
 

Commentaires et bibliographie
 
Premier d’une série de trois longs métrages à consonance idéologique (Le Premiers gars, Rhapsodie ukrainienne, Une fleur sur la pierre), Le Premier gars est une comédie calquée sur des dizaines d’autres films louant le paradis soviétique, avec parfois des situations à la limite de l’absurde. Dans la traduction filmique du scénario aux velléités satiriques, ainsi dans la scène du dégel qui commence par la fonte d’un bonhomme de neige, Paradjanov arrive à injecter çà et là un brin d’ironie. Passant au crible quelques poncifs du cinéma stalinien et parodiant, par certains côtés, le burlesque américain, sa fantaisie moqueuse fait de cette comédie un classique acidulé du cinéma khrouchtchévien. Tout l’art du réalisateur, qui engage des comédiens frais émoulus de l’Institut théâtral de Kiev, consiste à tourner en dérision des choses qui passeront inaperçues ou seront minorées aux yeux de la censure et de la critique. De jolies blondes époussettent les tournesols avec des mouchoirs blancs, des tracteurs défilent sur un extrait du Lac des cygnes, des bicyclettes composent des ballets, le socialisme avance au rythme des moissonneuses-batteuses et de l’accordéon. Cependant, Paradjanov ne semble pas se soustraire au message social que lui demande de délivrer la direction des studios, mais s’attache à filmer avec une conscience militante, dans la plus pure tradition du réalisme socialiste. Ici, c’est le souci du détail, la décoration, le rituel, l’utilisation de la couleur qui l’intéressent. Extrêmement mobile, la caméra est celle de Serhiї Revenko, avec qui Paradjanov fit ses premières armes dans Maxymko en tant qu’assistant de Volodymyr Braun. Le tout est plutôt réussi, malgré quelques aspects irritants - joie de vivre, kermesse, chants et danses folkloriques -, les personnages devenant à la longue moins intéressants.
Film de commande largement diffusé à l’époque, Le Premier gars est sans doute le meilleur de la trilogie, universel et tout à la fois profondément ukrainien, laissant entrevoir le futur grand metteur en scène.
Lubomir Hosejko

Sélections dans les festivals :
- Festival international du film de Sao Paulo (Mostra), Sao Paulo (Brésil), 2011
- Festival International du Film d'Odessa, Odessa (Ukraine), 2011

Images et vidéos