Gleb PANFILOV
Глеб ПАНФИЛОВ
Gleb PANFILOV
URSS / Italie, 1989, 200mn 
fiction
La Mère
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Мать

 

 The Mother

 Mat

 
Réalisation : Gleb PANFILOV (Глеб ПАНФИЛОВ)
Scénario : Gleb PANFILOV (Глеб ПАНФИЛОВ)
D'après le roman de Gorki : La mère
 
Interprétation
Viatcheslav BOGATCHEV (Вячеслав БОГАЧЕВ)
Ivan KABARDINE (Иван КАБАРДИН)
Aleksandr KARINE (Александр КАРИН)
Liubomiras LAUCIAVICIUS (Любомирас ЛАУЦЯВИЧЮС)
Sergueï MAKOVETSKI (Сергей МАКОВЕЦКИЙ) ...Officier de la gendarmerie
Dmitri PEVTSOV (Дмитрий ПЕВЦОВ) ...Jacob Somov
Vladimir PROZOROV (Владимир ПРОЗОРОВ)
Viktor RAKOV (Виктор РАКОВ) ...Pavel Vlassov
Ernst ROMANOV (Эрнст РОМАНОВ) ...Egor Ivanovitch
Andreï ROSTOTSKI (Андрей РОСТОЦКИЙ) ...Nicolas II
Innokenti SMOKTOUNOVSKI (Иннокентий СМОКТУНОВСКИЙ) ...Le gouverneur
Inna TCHOURIKOVA (Инна ЧУРИКОВА) ...La mère
 
Images : Mikhaïl AGRANOVITCH (Михаил АГРАНОВИЧ), Aleksandr ILKHOVSKI (Александр ИЛЬХОВСКИЙ)
Décors : Valeri KOSTRINE (Валерий КОСТРИН), Levan LAZICHVILI (Леван ЛАЗИШВИЛИ)
Musique : Vadim BIBERGAN (Вадим БИБЕРГАН)
Ingénieur du son : Roland KAZARIAN (Роланд КАЗАРЯН)
Production : Mosfilm, Cinefin Ltd. (Italie)
 

Prix et récompenses :
Prix de la meilleure contribution artistique Festival de Cannes, Cannes (France), 1990
Meilleure contribution artistique au Festival de Cannes, 1990
Prix Nika pour le meilleur son 1990

Synopsis
Pavel est ouvrier dans une usine tsariste : le travail y est inhumain. Pavel est révolutionnaire et, avant la grève des ouvriers, on lui a confié la garde des armes qui serviront à lutter contre la répression. Vlasov, le père de Pavel, ouvrier lui aussi, essaie d’oublier sa misère dans les beuveries du cabaret. Nilovna, la mère, vieillie avant l’âge, soumise, subit les coups de son mari. Des « provocateurs » conduits par Issaika créent des incidents. Parmi eux, Vlasov, qui s’est laissé entraîner et qui, déchaîné, poursuit son propre fils. Le père est tué, Pavel est arrêté. La police vient perquisitionner la maison et interroge Nilovna. Si elle montre la cachette des armes, on lui promet de libérer Pavel. Le fils n’en est pas moins condamné aux travaux forcés. La vieille femme prend alors conscience de sa faute, et rejoint la cause révolutionnaire. Pavel réussit à s’enfuir de prison et reprend la lutte. Sa mère marche à ses côtés lors d’une manifestation d’ouvriers. La police tsariste tire sur la foule désarmée. Le fils et la mère tombent sous les balles, en portant le drapeau rouge.
 

Commentaires et bibliographie
 
« Succédant à Poudovkine et Donskoï, Panfilov propose une nouvelle version de La mère qui fait un triomphe inattendu à Cannes (Meilleure contribution artistique) grâce à son indéniable beauté visuelle, à sa puissance dramatique et, sans doute aussi, à son refus assez neuf de tout didactisme politique : en ceci le réalisateur a respecté l’esprit du roman de Gorki, écrit avant la Révolution, à une époque où le prolétariat n’était pas encore vraiment politisé et se révoltait spontanément contre la misère; dans le rôle-titre, Inna Tchourikova est, encore une fois, magistrale et bouleversante » (Marcel Martin, Le cinéma soviétique, 1993; éd. L’Age d’homme).

Sélections dans les festivals :
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2014
- Festival international du film "Entrevues", Belfort (France), 2007
- Semaine du nouveau cinéma russe à Paris : Regards de Russie, Paris (France), 2006
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 2004
- Festival de Cannes, Cannes (France), 1990
- Prix "NIKA", Moscou (Russie), 1990

Images et vidéos
 
Film avec sous-titres anglais