Alexandre SOKOUROV
Александр СОКУРОВ
Alexandre SOKUROV
URSS, 1990, 93mn 
Couleur, fiction
Le Deuxième cercle
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Круг второй

 

 Circle Two

 Krug vtoroy

 
Réalisation : Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ)
Scénario : Youri ARABOV (Юрий АРАБОВ)
 
Interprétation
Piotr ALEXANDROV (Пётр АЛЕКСАНДРОВ)
Sergueï KRYLOV (Сергей КРЫЛОВ)
Nadejda RODNOVA (Надежда РОДНОВА)
Tamara TIMOFEEVA (Тамара ТИМОФЕЕВА)
 
Images : Aleksandr BOUROV (Александр БУРОВ)
Décors : Vladimir SOLOVIOV (Владимир СОЛОВЬЕВ)
Ingénieur du son : Vladimir PERSOV (Владимир ПЕРСОВ)
Montage : Raïssa LISSOVA (Раиса ЛИСОВА)
Production : Lenfilm, Zerkalo TSTI LO
 

Prix et récompenses :
Prix de la FIPRESCI à Rotterdam, 1990
Prix du Studio Lenfilm de la meilleure réalisation en 1990

Synopsis
Un jeune homme vit seul avec son père et celui-ci meurt pendant un week-end. Il faut attendre, le lundi pour les obsèques, seul avec le cadavre, seul avec ce qu'il reste de son père...
 

Commentaires et bibliographie
Прорва. Образ пространства в современной кинодраматургии, Elena GRATCHEVA, seance.ru, 2009
Уходя из ада, зажгите свет [о фильме Круг второй Александра СОКУРОВА], Sergueï NIKOLAEVITCH, seance.ru, 1991
 
(extraits du site L'Ile Sokourov)
"Triste devoir qui s'impose à tous les fils vivants : les obsèques de leur père. C'est dans Le Deuxième cercle l'événement principal et même le seul : il se déroule dans tous ses détails avec une simplicité épique. Mais précisément cela révèle les liens distendus de notre société, l'inertie insensée des rites perdus qui avaient autrefois et contenu et signification... Père mort, ville morte, temps morts et le jour ne se distingue plus de la nuit et la vie ne se distingue plus du néant. Un départ sans traces, un héritage anéanti - une poignée de reliques fausses, bilan de toute une vie... La voilà, l'issue tragique de l'effondrement historique de notre société - société qui ose déchirer les liens du temps et les contourner par un dogme social" (Alexandre Sokourov, extrait de remarques sur le film, traduction de Kinoglaz).

"Les paysages ensablés du sud des Jours de l'éclipse évoquaient déjà le néant et l'enfer. C'est dans un univers encore plus lugubre que les paysages nordiques sans vie et les intérieurs morts du Deuxième cercle nous entraînent. Une autre zone climatique issue du même pays hostile. Et le héros est encore un étranger nouvellement arrivé, il porte en outre le même nom - Malianov. Interprété par un autre acteur, l'étudiant Piotr Alexandrov qui, lui, ne respire pas la santé mais porte en lui la flamme faible de la vie et du devoir - le devoir d'enterrer son père mort et de comprendre en quoi consiste son héritage. Quelques restes épars dépréciant les souvenirs du pauvre héritier - voilà la métaphore amère et pénétrante de la patrie que propose Sokourov. Et encore une autre métaphore : l'autobus archi-plein, dans lequel s'accomplit un acte de violence muet et sans visage." (Alexandra Toutchinskaïa, traduction de Kinoglaz)

Sélections dans les festivals :
- Les Maîtres russes, Montréal (Canada), 2012
- Festival international du film de La Rochelle, La Rochelle (France), 1993
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 1991