Ivan DYKHOVITCHNY
Иван ДЫХОВИЧНЫЙ
Ivan DYKHOVICHNY
Russie, 2002, 100mn 
Couleur, fiction
Le Kopeck
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Копейка

 

 The Kopeck

 Kopeïka

 
Réalisation : Ivan DYKHOVITCHNY (Иван ДЫХОВИЧНЫЙ)
 
Interprétation
Alena BABENKO (Алена БАБЕНКО)
Sergueï CHNOUROV (Сергей ШНУРОВ)
 
Images : Vadim YOUSSOV (Вадим ЮСОВ)
 

Synopsis
1970. C’est la sortie en Russie de la voiture « Jigouli » surnommée « Kopeck » A peine née, la première « Kopeck » arrive dans la famille d’un membre du Bureau Politique du Parti Communiste. Sa fille, qui a un penchant pour l’alcool, dès la première sortie, a un accident qui détruit la voiture et estropie un agent de police. C’est ainsi que commence la relation passionnelle entre Irina et l’agent Piotr. Ils se marient bientôt, ce qui permet à Pierre de devenir général et d’offrir une « kopeck » à ses parents retraités amateurs de saucisson et de patinage artistique. Mais les parents pour se payer une machine à fabriquer des saucissons, revendent la « kopeck » à un Géorgien qui l’offre à sa maîtresse Svetlana, médiocre actrice d’un théâtre à la mode, belle et bête. Ils perdent la « kopeck » aux cartes et les gagnants se rendent en Sibérie, à Akademgorod, pour la vendre à meilleur prix. La voiture est achetée par Anton, un physicien théoriste, détestant le pouvoir soviétique et admirant les dissidents. A Akademgorod, arrive en tournée le célèbre chanteur Vladimir Vyssotski. Dans un hôtel local la femme d’Anton, toute exaltée, se donne au fameux poète. Le mari, pour se venger, fait cadeau à Vyssotski de la voiture et la « kopeck » se retrouve ainsi à Moscou.
Vyssotski, un jour où il avait trop bu, casse la voiture et la revend, trois fois rien, à un radio-amateur qui pour compléter ses fins de mois fait commerce d’ustensiles pour la pêche. Il répare la voiture et l’ayant revendue un bon prix peut racheter le nouveau miracle de la technique : les vidéo-appâts.
C’est un membre du KGB qui a acquis la voiture, homme avare et peureux. Il dépérit piteusement dans son garage personnel près de la kopeck. Pendant ce temps, sa fille se prostitue pour des dollars, utilisant la voiture comme lit d’accueil pour ses clients. Ne supportant plus la présence de son père, elle vend la voiture à un certain Klim, petit truand, qui part en Crimée et dans la « Kopeck » joue aux cartes avec de naïfs vacanciers.
Mais entre temps la péréstroïka est arrivée et la voiture va bientôt passer entre les mains d’un agent de la police spéciale, d’un mafieux, d’un artiste nouvellement célèbre etc. On est déjà en 1990 et c’est finalement Victor qui achète la « Kopeck » symbole d’une époque à jamais révolue. Mais un rival dans le business fait tuer Victor et la « Kopek » est vendue aux enchères, et comme son moteur porte le numéro 00000001 elle est achetée, pour un prix exorbitant, par la riche et fantasque Dzira qui aussitôt décide de la faire conduire à la décharge publique. Mais le mari qui exécute l’ordre meurt avant d’arriver à destination. La voiture tombe alors entre les mains du jeune et bon Mitia qui y installe des jeunes sans-logis qui lavent des voitures pour gagner leur vie. Et la « Kopeck » va par les rues de Moscou pleine d’enfants rieurs.
 

Sélections dans les festivals :
- Festival de cinéma russe ''Premières de Moscou'', Moscou (Russie), 2009
- Festival international du cinéma contemporain «Zavtra / 2morrow», Moscou (Russie), 2009
- Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2002