Sergueï EISENSTEIN
Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН
Sergey EISENSTEIN
URSS, 1944, 100mn 
Noir et blanc, fiction
Ivan le Terrible (1ère partie)
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Иван Грозный (1-я серия)

 

 Ivan the Terrible, Part One

 Ivan Grozny (1-ya seriya)

 
Réalisation : Sergueï EISENSTEIN (Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)
Scénario : Sergueï EISENSTEIN (Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)
 
Interprétation
Andreï ABRIKOSSOV (Андрей АБРИКОСОВ) ...le boyard Fiodor Kolytchev
Serafima BIRMAN (Серафима БИРМАН) ...Efrossinia Staritskaïa, tante du tsar
Amvrossi BOUTCHMA (Амвросий БУЧМА) ...Alekseï Basmanov, opritchnik
Mikhaïl JAROV (Михаил ЖАРОВ) ...Skouratov, opritchnik
Pavel KADOTCHNIKOV (Павел КАДОЧНИКОВ) ...Vladimir, fils d'Efrossinia
Mikhaïl KOUZNETSOV (Михаил КУЗНЕЦОВ) ...Fiodor Basmanov, opritchnik
Pavel MASSALSKI (Павел МАССАЛЬСКИЙ) ...Sigismond, roi de Pologne
Aleksandr MGUEBROV (Александр МГЕБРОВ) ...Pilmen
Mikhaïl NAZVANOV (Михаил НАЗВАНОВ) ...Prince Kourbski
Vsevolod POUDOVKINE (Всеволод ПУДОВКИН) ...Kolpak, l'innocent
Sergueï STOLIAROV (Сергей СТОЛЯРОВ)
Nikolaï TCHERKASSOV (Николай ЧЕРКАСОВ) ...Ivan le Terrible
Lioudmila TSELIKOVSKAIA (Людмила ЦЕЛИКОВСКАЯ) ...Anastasia Romanovna, la tsarine
 
Images : Andreï MOSKVINE (Андрей МОСКВИН), Edouard TISSE (Эдуард ТИССЭ)
Décors : Iossif CHPINEL (Иосиф ШПИНЕЛЬ)
Musique : Sergueï PROKOFIEV (Сергей ПРОКОФЬЕВ)
Ingénieur du son : Vladimir BOGDANKEVITCH (Владимир БОГДАНКЕВИЧ), Boris VOLSKI (Борис ВОЛЬСКИЙ)
Montage : Esfir TOBAK (Эсфирь ТОБАК)
Production : TSOKS (Alma-Ata)
Date de sortie en Russie : 16/01/1945
 
Sites : Page Allociné, page IMDb
Sortie VOD ou DVD en France : 2003-01-02, Site

DVD avec sous-titres
Editeur : Bach Films
Editeur : Films sans frontières

Synopsis
La scène du couronnement d’Ivan IV dans la cathédrale de la Dormition ouvre le film. Le tsar inaugure son règne par une série de mesures drastiques qui transformeront en profondeur l’Etat russe. Il annonce que les prérogatives des boyards seront réduites, que le pouvoir s’appuiera désormais sur le régiment de streltsy. La mission principale de l’Etat vise à assurer la libération des territoires russes occupés à l’est par les populations turques et finnoises. La tante du tsar, Euphrosinia Staritskaïa prend alors la tête de l’opposition. Le tsar, après son mariage avec Anastasia Romanovna se lance à la conquête de Kazan. La ville assiégée tombe grâce à l’audace des troupes du tsar qui y pénètrent par une brèche. A son retour Ivan le Terrible tombe malade et l’opposition relève la tête. Euphrosinia Staritskaïa empoisonne la tsarine. Ivan le terrible jure alors sur la tombe de sa femme d’écraser la résistance aristocratique. Il se réfugie au monastère de Saint-Serge dans le faubourg d’Alexandrov, mais le peuple de Moscou réclame son retour.
 

Commentaires et bibliographie
Histoire et sacré dans le cinéma soviétique – le cas Eisenstein, Catherine GERY, Presses de l'Inalco, 2016
IVAN LE TERRIBLE, 1ÈRE PARTIE. Tsar système, Benoît SMITH, critikat.com, 2015
«Бог помешал»…, Aleksandr CHPAGUINE, history.wikireading.ru, 2011
Cinéma et régimes autoritaires au XXe siècle. Ecrans sous influence. Le festin pendant la peste, Françoise NAVAILH, kinoglaz.fr, 2010
'Ivan le Terrible' est un chef-d'oeuvre, Jean de BARONCELLI, Le Monde, 2009
Ivan the Terrible, Joan NEUBERGER, I.B.Tauris, 2003
Ivan the Terrible, Youri TSIVIAN, British Film Institute, 2002
Иван Грозный и Сталин : макиавеллиевское прочтение истории, Eric SCHMULEVITCH, kinozapiski.ru, N° 46, 2000
 
«Le cinéma apparaît ici comme une parfaite synthèse de tous les arts, sans la moindre dégradation ou démission de l’un ou de l’autre. Ivan le Terrible c’est un drame, c’est une fresque, c’est une architecture, c’est un opéra tels qu’ils peuvent soutenir séparément la comparaison avec les plus beaux des drames, des fresques, des monuments ou des opéras du monde et c’est pourtant un vrai film qui exerce un pouvoir de fascination sui generis ne serait-ce qu’en ouvrant la place à des pensées, des regards, des mouvements ou des rythmes que les autres arts s’étaient montrés impuissants à exprimer.
Mais de tous ces aspects, (….), celui qui m’a le plus frappé, c’est le drame. Ou plutôt la tragédie. Car si le mode épique l’emporte dans la première partie, la seconde nous offre un portrait de l’homme au pouvoir digne de soutenir la comparaison avec Shakespeare. »
Eric Rohmer

« Cette œuvre, qui devait être la dernière de Sergueï Eisenstein, fut plus encore que son Alexandre Nevski l’accomplissement de l’esthétique qui était devenue la sienne dans la seconde partie de sa carrière. Il voulut traiter son œuvre dans le ton tragédie, plaça en quelque sorte ses personnages sur des cothurnes, et leur fit presque psalmodier un dialogue de style noble et archaïque. La plupart des séquences furent construites sur des leitmotives plastiques, correspondant aux motifs musicaux de la musique de Prokofiev : la mort de la reine, par exemple, fut dominée par d’accablantes diagonales, le banquet ponctué par des sortes d’ « S » majuscules, la finale déchirée par des zigzags quasi expressionnistes. Pour comprendre la grandeur et l’importance capitale de ce « Ciné-Opéra », il fallut le connaître dans son intégralité. La seconde partie, terminée en 1946 fut seulement révélée dix ans plus tard, après la mort de Staline. Le dénouement de la tragédie fut prodigieux, avec son fantastique ballet en couleurs amenant un meurtre dans la cathédrale, traité en noir et blanc. Tout ce contrepoint audio-visuel, toutes ces recherches formelles firent un peu oublier le sujet. L’œuvre était incomparable par sa noblesse, sa perfection plastique, sa savante élaboration. Mais, en dépit d’admirables acteurs -Tcherkassov en premier lieu- l’humanité manque un peu à ces héros de tragédie. Eisenstein avait déployé pour ses scènes de bataille des armées entières ; il para ses interprètes des authentiques joyaux de la couronne. Mais pour que ce grand classique eût enfin tout le succès mérité, il fallut attendre qu’il fût intégralement connu.»
Georges Sadoul, Histoire du cinéma mondial

«Ivan le Terrible est le seul film où Eisenstein ait évoqué longuement, précisément, l’enfance de son héros. La séquence de l’enfance d’Ivan est une des plus impressionnantes, avec la chambre obscure où le garçon de huit ans est tapi craintivement dans le noir, pendant qu’on assassine sa mère. Cette séquence, insérée lors du montage définitif au début de la seconde partie, devait, d’après le plan primitif, servir de prologue à la première partie. On ne sait quelles raisons poussèrent Eisenstein à modifier le plan initial, mais on peut le conjecturer. Peut-être s’était-il rendu compte qu’en plaçant cette scène de cauchemar et d’angoisse avant les scènes « glorieuses » du sacre et des noces et du siège de Kazan, il mettait trop tôt son personnage sous la dépendance de son passé infantile., il en faisait trop tôt un maudit, il livrait trop tôt, avec l’image inoubliable du souvenir traumatisant, la clef de ses bizarreries et de ses folies ultérieures. Quoi qu’il en soit, la séquence de l’enfance, placée au début de la seconde partie, occupe une place centrale par rapport à l’ensemble du film et répand sur toute l’œuvre sa sinistre lumière. »
Dominique Fernandez, Eisenstein,(p.245) Editions Grasset, 1975.

Sélections dans les festivals :
- Rétrospective Eisenstein au Centre Pompidou-Metz, Metz (France), 2019
- Cycle Eisenstein à la cinématique de Toulouse, Toulouse (France), 2018
- L'URSS des cinéastes à la Cinémathèque française. 1917-1945 : deuxième partie, Paris (France), 2017
- Journées du cinéma russe au Victoria, Aix les Bains (France), 2017
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2017
- Russian Resurrection Film Festival, Différentes villes (Australie), 2016
- Festival international du film de Beijing, Pékin (Beijing) (Chine), 2016
- Festival international du film de Marrakech : FIFM, Marrakech (Maroc), 2016
- Festival de cinéma russe à Stockholm et Uppsala 'KinoRurik', Stockholm (Suède), 2016
- Institut Lumière - Hommage à Larissa Chepitko, Lyon (France), 2015
- Zoom arrière. Cinémathèque de Toulouse, Toulouse (France), 2015
- Les 90 ans des Studios Mosfilm à la Filmothèque du Quartier Latin, Paris (France), 2014
- Festival "Vive le cinéma de Russie", Saint-Pétersbourg (Russie), 2013
- Cinéma Russie Institut Lumière, Lyon (France), 2012
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2012
- Festival international du film d'histoire de Pessac, Pessac (France), 2011
- Rétrospective Eisenstein à la Cinémathèque française, Paris (France), 2010
- Lenine, Staline et la musique à la Cité de la musique, Paris (France), 2010
- Ciné-Meaux-Club : semaine de cinéma russe, Meaux (France), 2010
- Epopée russe à l'Institut de l'image d'Aix en Provence, Aix en Provence (France), 2010
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2009
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2008
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 2007
- Festival ouvert de cinéma russe Kinotavr, Sotchi (Russie), 2007
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005
- Festival du cinéma russe à Honfleur, Honfleur (France), 2005
- Sortie VOD ou DVD en France du film :, Différentes villes (France), 2003
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 1990

Images et vidéos
 
Film avec sous-titres anglais