Aleksandr DOVJENKO
Александр ДОВЖЕНКО
Aleksandr DOVZHENKO
URSS (Ukraine), 1932, 102mn 
Noir et blanc, fiction
Ivan
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Иван

 

 Ivan

 Ivan

 
Réalisation : Aleksandr DOVJENKO (Александр ДОВЖЕНКО)
Scénario : Aleksandr DOVJENKO (Александр ДОВЖЕНКО)
 
Interprétation
K. BONDAREVSKI (К. БОНДАРЕВСКИЙ) ...Le Komsomolsk d’Ivan
Stepan CHAGAIDA (Степан ШАГАЙДА) ...Le père d'Ivan
Stepan CHKOURAT (Степан ШКУРАТ) ...Le tire au flanc
Mikhaïl GAIVORONSKI (Михаил ГАЙВОРОНСКИЙ)
Dmitri GOLOUBINSKI (Дмитрий ГОЛУБИНСКИЙ) ...Le secrétaire du comité du parti
M. GORNATKO (М. ГОРНАТКО)
Aleksandr KHVYLIA (Александр ХВЫЛЯ)
Piotr MASSOKHA (Пётр МАСОХА) ...Ivan
P. PASTOUCHKOV (П. ПАСТУШКОВ)
Youra TERECHKO (Юра ТЕРЕШКО)
L. YAROCHENKO (Л. ЯРОШЕНКО)
A. ZAPOLSKI (А. ЗАПОЛЬСКИЙ) ...Le chef de chantier
 
Images : Daniil DEMOUTSKI (Даниил ДЕМУЦКИЙ), Youri EKELTCHIK (Юрий ЕКЕЛЬЧИК), Mikhaïl GLIDER (Михаил ГЛИДЕР)
Décors : Youri KHOMAZA (Юрий ХОМАЗА)
Musique : Igor BELZA (Игорь БЭЛЗА), Boris LIATOCHINSKI (Борис ЛЯТОШИНСКИЙ), Youli MEITOUS (Юлий МЕЙТУС)
Ingénieur du son : Aleksandr BABI (Александр БАБИЙ)
Production : Ukrainfilm
Date de sortie en Russie : 06/11/1932
 

Prix et récompenses :
Prix au Festival de Venise, 1934

Synopsis
Le jeune kolkohozien Ivan arrive sur le grand chantier de construction d'une centrale hydro-électrique sur le Dniepr. La rupture d'une benne provoque la mort d'un komsomol. Sa mère accourt, éplorée, et voit le travail calme et persévérant de tous. Au cœur du chantier, Ivan. Il est devenu marteleur. Conscient que la force physique seule ne suffit pas, il veut étudier. Il entre au parti et commence sa formation professionnelle.
 

Commentaires et bibliographie
 
Le film sonore devait ouvrir en U.R.S.S. une crise aiguë, car son « réalisme » allait dans le sens des adversaires du montage (cinéma poétique), lesquels réclamaient un cinéma de prose, entendez des films-histoires tels qu'il s'en faisait partout. Avec Ivan (1932) et les œuvres qui suivirent, Dovjenko poursuivra obstinément l'intégration du son et de la parole dans les structures poétiques de son cinéma de montage. Il y parviendra toujours, sans rien renoncer de sa liberté d'invention. Tout au plus, le génial rhapsode du muet s'effacerait-il parfois derrière des séquences parlantes relevant, disons, d'un théâtre supérieur. Ivan contient d'admirables, d'irrésistibles mouvements symphoniques (la construction du barrage, la mort d'un travailleur) et nombre de sketches quasi brechtiens, dont on peut avoir une idée en songeant qu'un film comme Les Gauloises bleues de Michel Cournot en constitue une sorte de caricature.
Barthélémy Amengual, Dossiers du Cinéma, publié dans Le cinéma russe et soviétique, Centre Georges Pompidou, 1981

Sélections dans les festivals :
- Festival international du film d'histoire de Pessac, Pessac (France), 2018
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005

Images et vidéos