Igor MINAIEV
Игорь МИНАЕВ
Igor MINAIEV
URSS, 1990, 70mn 
Noir et blanc, fiction
Rez de chaussée
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Первый этаж

 

 First Floor

 Pervyj etazh

 
Réalisation : Igor MINAIEV (Игорь МИНАЕВ)
Scénario : Olga MIKHAILOVA (Ольга МИХАЙЛОВА)
 
Interprétation
Lioudmila DAVYDOVA (Людмила ДАВЫДОВА)
Evguenia DOBROVOLSKAIA (Евгения ДОБРОВОЛЬСКАЯ)
Maksim KISSELEV (Максим КИСЕЛЕВ)
Svetlana KRIOUTCHKOVA (Светлана КРЮЧКОВА)
Nikolaï TOKAR (Николай ТОКАРЬ)
 
Images : Vladimir PANKOV (Владимир ПАНКОВ)
Décors : Anatoli NAOUMOV (Анатолий НАУМОВ)
Musique : Anatoli DERGATCHEV (Анатолий ДЕРГАЧЕВ)
Production : Studio d'Odessa
 
format : 35 mm

Prix et récompenses :
Prix spécial du jury au Festival "Etoiles de demain" à Genève, 1990
Diplôme pour la réalisation au Festival du Disque d'or à Odessa, 1990

DVD avec sous-titres
Editeur : Malavida Films. 2013. Titre : Rez de Chaussée.
BONUS : interview d'Igor Minaiev (45 mn – 2013)
Zone 2, Noir et Blanc, Mono

Synopsis
Il s'agit d'une adaptation Carmen dans la société soviétique de la fin des années 80.
A Léningrad, un soir d'été, Nadia est arrêtée par la milice. Mais le gentil gardien Sergueï la laisse s'échapper.
Peu de temps après ils se rencontrent à l'entrée d'une discothèque. Nadia séduit sans peine le timide Sergueï et l'emmène chez elle et lui fait découvrir l'amour. Le temps passe et Sergueï croit posséder Nadia pour lui seul : "Si tu vas avec un autre, je te tue" lui dit-il ...
 

Commentaires et bibliographie
 
Second long métrage d’Igor Minaiev, Rez-de-chaussée relate une histoire d’amour entre un policier et une jeune prostituée. Le film est tourné en quatre semaines avec un budget restreint, dans des décors réels et un dénuement parfois total. Tout en évitant l’écueil du film politique, Igor Minaiev livre une description acerbe de la société gorbatchévienne dans ses détails quotidiens. Régime en décrépitude, marginalité étrange et réalisme perestroikien servent d’arrière-plan à un duel charnel entre Evguenia Dobrovolskaia et Maxime Kissiliev, les deux révélations du film. Mais ce sont sans doute le choix esthétique du noir et blanc, l’élégance à la Lynch, quelques détours cinéphiliques par Truffaut ou Mouratova qui trahissent et attisent la passion de Minaiev pour les grandes histoires d’amour universelles. Plutôt que de tracer un parallélisme avec la Nouvelle vague, il convient de parler ici d’un cinéma mouvant, sans retenue, en rupture totale avec l’académisme oppressant du cinéma soviétique, où le drame trouve son épiphanie scénique dans une codépendance et un huis clos destructeur. Perçu comme une transposition de Carmen dans la société soviétique de la fin des années 80, Rez-de-chaussée a valu à son réalisateur d’excellentes critiques à l’étranger. Igor Minaiev, qui a choisi la France par amour pour le cinéma, est le seul réalisateur d’origine ukrainienne à avoir été sélectionné deux fois à La Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, en 1988 et 1990. À ce propos, il confia au boulimique d’images et découvreur de talent Pierre-Henri Deleau : « Il y a de nombreuses années, j’ai fait un rêve étrange. L’été. Le soleil. Le ciel bleu. Une petite ville inconnue. D’un côté, la mer. De l’autre, les collines, ça ressemble beaucoup à la Crimée. Peut-être est-ce Yalta ? Je ne sais pas. Je me promène au bord de la mer. Il souffle une brise légère. Il y a des fleurs devant chaque maison. Elles sont toutes blanches et toutes en porcelaine. Je lève la tête vers les arbres, eux aussi sont tous en fine porcelaine transparente. Et toute cette végétation tinte comme des milliers de clochettes d’argent. Tout à coup, quelqu’un prononce un mot mystérieux. Qui est-ce ? Un passant ? Je ne m’en souviens pas. Je me réveille avec ce mot inconnu dans la tête, me demandant ce que peut signifier « Croisette ». 1988. Cannes au mois de mai. Il tombe des cordes. Je suis sur la Croisette, devant le Palais Croisette. Dans quelques minutes débutera la première de mon film Mars froid. À la Quinzaine des réalisateurs !... Je ne dors pas, mais ça ressemble à un rêve. Ce fut le plus grand jour de ma vie. En tant que réalisateur, je suis né à la Quinzaine, et dans une famille exceptionnelle. J’y suis revenu, en 1990, avec mon deuxième film, Rez-de-chaussée. Ce film avait été produit par le Studio d’Odessa et présenté par une société allemande. Tout était sens dessus dessous. Seule, la Quinzaine restait une constante. Comme la première fois (et, j’en suis sûr, comme toujours) c’était chaleureux, amical, cordial. Il faut ajouter : avec liberté, égalité, fraternité, sans pathos. » Bientôt, le cheminement artistique de Minaiev s’est concrétisé en France par trois autres longs métrages, dont le dernier, Loin de Sunset Boulevard, véritable chef-d’œuvre visuel et émotionnel, le place parmi les plus surprenants de sa génération.
Lubomir Hosejko

Sélections dans les festivals :
- Un Week-end à l'Est, Paris (France), 2017
- Quinzaine du Cinéma Russe, Bourgouin Jallieu (France), 2017
- Rencontre cinématographique de Pézenas, Pézenas (France), 2015
- Cycle de cinéma ukrainien au MuCEM, Marseille (France), 2014
- Festival du cinéma russe à Honfleur, Honfleur (France), 2013
- Cinessonne : Festival du cinéma européen en Essonne, A l'affiche dans plusieurs villes (France), 2012
- Festival International du Film d'Odessa, Odessa (Ukraine), 2012
- Week-end Hommage au cinéma ukrainien, Marseille (France), 2011
- Moscou, Saint-Pétersbourg : deux visages de la Russie, Paris (France), 2010
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 2009
- Cycle de cinéma russe à l'Arlequin, Paris (France), 2007
- Festival du film russe "Vesna" à Paris, Paris (France), 2007
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2007
- Festival de Cannes, Cannes (France), 1990

Images et vidéos