Boris BARNET
Борис БАРНЕТ
Boris BARNET
URSS, 1942, 100mn 
Noir et blanc, fiction
Un brave garçon /Les Novgorodiens
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Славный малый / новгородцы

 

 Novgorod Citizens

 Slavnyy malyy / Novgorodtsy

 
Réalisation : Boris BARNET (Борис БАРНЕТ)
Scénario : Alekseï KAPLER (Алексей КАПЛЕР), Piotr PAVLENKO (Пётр ПАВЛЕНКО)
D'après la nouvelle de Piotr Pavlenko : Les vengeurs (Мстители)
 
Interprétation
Nikolaï BOGOLIOUBOV (Николай БОГОЛЮБОВ)
Viktor DOBROVOLSKI (Виктор ДОБРОВОЛЬСКИЙ)
Evgueni_2 GRIGORIEV (Евгений_2 ГРИГОРЬЕВ)
Elena SIPAVINA (Елена СИПАВИНА)
O. YAKOUNINA (О. ЯКУНИНА)
 
Images : Sergueï IVANOV (Сергей ИВАНОВ)
Décors : Vladimir KAMSKI (Владимир КАМСКИЙ), Lev MILTCHINE (Лев МИЛЬЧИН)
Musique : Nikita BOGOSLOVSKI (Никита БОГОСЛОВСКИЙ), Nikolaï KRIOUKOV (Николай КРЮКОВ)
Ingénieur du son : Lev VALTER (Лев ВАЛЬТЕР)
Production : TSOKS (ЦОКС)
 

A noter :
Les textes des chansons sont de Natalia Kontchalovskaia

DVD avec sous-titres
Editeur : Bach Films.
Bonus : Trois chants sur Lénine (Три песни о Ленине) de Dziga Vertov

Synopsis
Pendant la dernière guerre mondiale, des partisans russes se sont installés dans une forêt près de Novgorod. Ils sont bientôt rejoints par un chanteur d'opéra et un pilote français qui auront pour mission de détruire un aérodrome utilisé par les Allemands.
 

Commentaires et bibliographie
 
Le film a été interdit et n'est jamais sorti en salles. Il a été pour la première fois montré en Russie en 1992 au Musée du cinéma de Moscou.
Après Au bord de la mer bleue, retiré de la distribution au bout de quelques mois, et Le Vieux Cavalier, c'est le troisième film interdit de Boris Barnet.

Une recommendation de Viktor Chklovski :
Le premier titre choisi pour le film était Novgorodtsi (Les Novgorodiens). Dans une lettre adressée à Barnet le 29 décembre 1942, Viktor Chklovski écrit : "Cher Boris, le film est bon. Maintenant, parlons des critiques qu'il va susciter. Tout d'abord le titre : Les Novgorodiens. Ce titre, comme le titre Les Léningradiens, a prétention à généraliser. Cette prétention vient de Pavlenko. C'est pourquoi il appelle son héros Nevsky, comme un successeur d'Alexandre Nevsky. Il n'y a rien de tel dans le film, et tant mieux. C'est pourquoi il faut un titre différent, du genre Slavnii maly [Un brave garçon).
Il y a trois lignes dramatiques: les partisans, l'Anglais et l'intelligentsia soviétique, en l'espèce un chanteur d'opéra. Le sujet doit être développé du côté des partisans. »

Pourquoi l'Anglais dont parle Chklovski a-t-it été remplacé par un Français - dont l'incompréhension du russe et les manières françaises «typiques» sont un ressort comique important? Comment était-il possible en pleine guerre de se permettre des retournages longs et coûteux? Qu'est-ce que cela a pu changer à l'interdiction ? La copie porte le titre suggéré par Chklovski : Slavnii maly
Extrait du programme de la rétrospective "Gels et dégels", décembre 2002 - février 2003, organisée sous la direction de Bernard Eisenschitz au Centre Pompidou.

Sélections dans les festivals :
- Festival du film russe à Paris, Paris (France), 2016
- Festival 'Il Cinema Ritrovato', Bologne (Italie), 2011
- Festival "Polka. Le cinéma libéré", Moscou (Russie), 2011
- Gels et dégels, une autre histoire du cinéma soviétique (1926-1968), Paris (France), 2002
- Festival du film de Locarno, Locarno (Suisse), 2000