Youli RAIZMAN
Юлий РАЙЗМАН
Yuli RAIZMAN
URSS, 1935, 80mn 
Noir et blanc, fiction
Les Aviateurs
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Летчики

 

 Pilots

 Lyotchiki

 
Réalisation : Youli RAIZMAN (Юлий РАЙЗМАН)
Scénario : Aleksandr MATCHERET (Александр МАЧЕРЕТ)
 
Interprétation
Boris CHTCHOUKINE (Борис ЩУКИН) ...Rogatchev
Zoïa FEDOROVA (Зоя ФЕДОРОВА) ...Assistante du médecin
Ivan KOVAL-SAMBORSKI (Иван КОВАЛЬ-САМБОРСКИЙ) ...Beliaev
Evguenia MELNIKOVA (Евгения МЕЛЬНИКОВА) ...Galia Bystrova
Aleksandr TCHISTIAKOV (Александр ЧИСТЯКОВ) ...Krouchtchov
 
Images : Leonid KOSMATOV (Леонид КОСМАТОВ)
Décors : Gueorgui GRIVTSOV (Георгий ГРИВЦОВ)
Musique : Nikolaï KRIOUKOV (Николай КРЮКОВ)
Ingénieur du son : Vladimir BOGDANKEVITCH (Владимир БОГДАНКЕВИЧ)
Production : Mosfilm
 

Synopsis
Dans une école d'aviateurs, le pilote expérimenté Belaev, prend des risques et détruit l'avion qui lui était confié. Il est amoureux de la jeune Galia qui admire son aîné et cherche à l'imiter...
 

Commentaires et bibliographie
 
«Très loin de Savtchenko et de Donskoï, à l'autre bout du spectre cinématographique, on rencontre un cinéaste important, Iouli Raïzman, et un petit film de lui, peu connu et mal aimé, qui est un joyau, Aviateurs. Raïzman fut un des premiers cinéastes soviétiques à tourner systématiquement en son direct. Ce qu'il attend du son est très proche d'une conception occidentale, américaine, voire "mac-mahonienne" de la "mise en scène" : garantir un continuum visuel et auditif avec lequel il ne soit pas possible de tricher. Le son ne commente ni ne redouble l'image: il l’avère". Tout doit être dans la mise en scène : dans la disposition des objets, la prégnance du décor, l'élégance imprévisible des personnages, leurs élans ou leur immobilité. Et là, il faut dire que Raïzman est un grand metteur en scène qui fait penser à Hawks (celui de La Patrouille de l'aube et de Seuls les anges ont des ailes) ou à Grémillon (Le Ciel est à vous]. Histoire d'amour et de dignité dans une école d'aviateurs, stoïcisme et courage, amour d'un homme plus âgé que celle (son élève) qu'il aime : c'est aussi un monde où on ne triche pas avec ses sentiments bien qu'on ne sache pas les exprimer. »
Serge Daney, Cahiers du cinéma, n°315, septembre 1980

Sélections dans les festivals :
- Festival "Toute la Mémoire du Monde" à la Cinémathèque française, Paris (France), 2017
- Gels et dégels, une autre histoire du cinéma soviétique (1926-1968), Paris (France), 2002
- Festival du film de Locarno, Locarno (Suisse), 2000

Images et vidéos
 

Source : www.russiancinema