Mikhaïl BELIKOV
Михаил БЕЛИКОВ
Mikhail BELIKOV
URSS, 1985, 92mn 
Couleur, fiction
Nous étions si jeunes
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Как молоды мы были

 

 Kak molody my byli

 Kak molody my byli

 
Réalisation : Mikhaïl BELIKOV (Михаил БЕЛИКОВ)
Scénario : Mikhaïl BELIKOV (Михаил БЕЛИКОВ)
 
Interprétation
Taras DENISSENKO (Тарас ДЕНИСЕНКО) ...Sacha
Elena CHROURPELO (Елена ШКУРПЕЛО) ...Youlka
Nina CHAROLAPOVKA (Нина ШАРОЛАПОВА) ...Marina
Aleksandr PACHOUTINE (Александр ПАШУТИН) ...Oncle Petia
 
Images : Vassili TROUCHKOVSKI (Василий ТРУШКОВСКИЙ)
Décors : Alekseï LEVTCHENKO (Алексей ЛЕВЧЕНКО)
Musique : Youri VINNIK (Юрий ВИННИК)
Production : Studio Dovjenko
Date de sortie en Russie : 28/10/1985
 

Prix et récompenses :
Grand prix du festival national de l'Union soviétique à Alma-Ata, 1986

A noter :
Dans сe film on entend de la musique de Frederic Chopin et Georges Gershwin

Synopsis
C’est la fin des années cinquante. Sacha et Youlka sont des amis d’enfance que la vie a séparés : Sacha est parti faire des études dans une grande ville tandis que Youlka est devenue infirmière dans une clinique locale. Mais Youlka, menacée par une grave maladie, va en ville pour se soigner et rencontre par hasard Sacha. Ils s’aiment toujours mais l’amour de Sacha fait progressivement place à de la pitié. Malgré les recommandations des médecins, Youlka donne naissance à un bébé et promet à Sacha qu’elle va vivre…
 

Commentaires et bibliographie
 
Réalisé en 1985, Nous étions si jeunesde Mykhaïlo Biélikov s’inscrit dans les œuvres sortant de l’ornière du cinéma brejnévien à quelques encablures de la perestroïka. Le style de ce film d’auteur est manifestement à l’opposé des mélodrames médiocres qui envahissaient de plus en plus les écrans. Tout en empruntant les trajectoires narratives classiques et neutralisant les passions idéologiques, le metteur en scène laisse courir son esprit créatif. Avec des images simples, non explétives, Biélikov filme le cours quotidien de la vie, les foyers d’étudiants, les premiers postes de télévision, les bals populaires dans les parcs publics, la vie dans les appartements communautaires régulée par une éthique de la solidarité et du partage. L’action se situe du début du dégel khroutchévien jusqu’au premier vol cosmique de Gagarine, le jour où Youlka mettra au monde un enfant. Pour cette œuvre de qualité montrant les séquelles physiques et psychologiques de l’après-guerre, Biélikov confia le rôle de Sachko au jeune premier Taras Denyssenko. Il sera la grande révélation du film d’Andriї Dontchyk, Anoxie (1991), et deviendra un acteur populaire dans les années 90. Sa partenaire Olena Chkourpelo, actrice de théâtre, ne réapparaîtra à l’écran qu’en 2010 dans le film russe de Youri Schiller, Le Moineau.
Connu en Occident pour La Désintégration (1990), la première fiction prenant pour thème la catastrophe de la Centrale nucléaire de Tchornobyl, Mykhaïlo Biélikov est de ces cinéastes passés par le VGIK qui intégrèrent les studios ukrainiens dans les années 60 et qui créèrent le fameux courant dit École de Kiev. L’un des opérateurs les plus doués de sa génération avec Alexandre Antypenko, Valeriï Kvas et Vilen Kalouta, Mykhaïlo Biélikov s’était fait remarquer notamment pour son travail sur le film Qui reviendra aimera (1967) de Léonide Ossyka et Les Nuages blancs (1968) de Rolland Serhienko. Dès 1974, il se lança dans la réalisation de téléfilms en signant avec Alexandre Mouratov La Vieille forteresse (1973) d’après le célèbre roman de Vladimir Biélaiev, puis l’excentrique Coq rouge de Plymouth Rock (1974). Ses premiers longs métrages, Sur ondes courtes (1977), Travail caché (1978), La Nuit est courte (1982), sont des films qui transcendent la problématique industrielle et sociétale en spectacle civique. À l’issue du Vème Congrès de l’Union des cinéastes de l’URSS en mai 1986, Mykhaïlo Biélikov remplacera l’apparatchik Timothée Levtchouk au poste de secrétaire général de l’Union des cinéastes d’Ukraine. Il y restera pendant une quinzaine d’années tout en continuant son métier de réalisateur.
Lubomir Hosejko

Sélections dans les festivals :
- Cycle de cinéma russe à l'Arlequin, Paris (France), 2007
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 1986

Images et vidéos