Kinoglaz

 

Diary of events

- Stop Press

On current release

Festivals

 

Films

DVDs

- Watch on line

Names

Articles

Production

History

Seminars


Bibliography


Ongoing events

 

Awards

Box office

 

Statistics

 

Partnerships

 

Site map

Links

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Titles and names in bold print contain more complete information
Director,
Writer
 
Born 1933, USSR
 
 

Mark ZAKHAROV

Марк Анатольевич ЗАХАРОВ
Marc ZAKHAROV

Filmography (extracts)
 
Director
1988 - To Kill the Dragon (Убить дракона) [fiction, 123 mn]
1988 - Tri Devushki v golubom (Три девушки в голубом) [fiction]
1984 - A Formula of Love (Формула любви) [fiction, 90 mn]
1983 - Juno et Avos (Юнона и Авось) [fiction]
1983 - Dom, kotoryy postroli Swift (Дом, который построил Свифт)
1979 - That Munchhausen (Тот самый Мюнхгаузен) [fiction, 142 mn]
1978 - An ordinary miracle (Обыкновенное чудо) [TV fiction, 146 mn]
1977 - Twelve chairs (Двенадцать стульев) [fiction, 305 mn]
1972 - Stoyanka poyezda - dvye minuty (Стоянка поезда — две минуты) [TV film, 72 mn]
 
Writer
1988 - To Kill the Dragon (Убить дракона) by Mark ZAKHAROV [fiction, 123 mn]
1988 - Uznik zamka If (Узник замка Иф)
1987 - Chest imeyu (Честь имею)
1978 - An ordinary miracle (Обыкновенное чудо) by Mark ZAKHAROV [TV fiction, 146 mn]
1977 - Twelve chairs (Двенадцать стульев) by Mark ZAKHAROV [fiction, 305 mn]
1975 - The Star of Fascinating Happiness (Звезда пленительного счастья) by Vladimir MOTYL [fiction, 167 mn]
1973 - The Land of Sannikov (Земля Санникова) by Albert MKRCHIAN , Leonid POPOV [fiction, 95 mn]
1972 - Stoyanka poyezda - dvye minuty (Стоянка поезда — две минуты) by Mark ZAKHAROV [TV film, 72 mn]
1969 - White Sun of the Desert (Белое солнце пустыни) by Vladimir MOTYL [fiction, 85 mn]

Biography
No English biography available !
 
La révolution a surpris le père de Mark Zakharov alors qu’il était dans le corps des Cadets de Voroneje.
Il a servi l’Armée Rouge en suivant les routes de la guerre civile de Voroneje à Varsovie. Après la démobilisation, il a travaillé dans le domaine de la culture physique militaire. Depuis l’enfance, la mère de Marc rêvait de devenir actrice, elle avait étudié dans le studio de théâtre de Y. A. Zavadskij. En 1934, le père de Marc fut arrêté, jugé par la Guépéou et condamné selon (d’après) l’article 58 à 3 ans d’emprisonnement suivis d’exil. Sa mère abandonna le studio de théâtre et le suivit.
Par la suite le père fut longtemps interdit de séjour à Moscou. C’est sa grand mère maternelle, Sofia Nicolaevna Bardina, qui s’occupa essentiellement de lui.
Mais la guerre commença ….
Plus tard, dans ses mémoires, M. A. Zakharov écrira : « Après le début de la guerre et la mort de ma toute puissante grand-mère nous rentrèrent d’évacuation en 1943 dans une Moscou affamée; pour nous commença une vie difficile, sans perspective à moitié morts de faim dans le deux pièces d’un appartement communautaire attribué avec grande difficulté.
Mon père qui avait fait toute la guerre servit dans la garde de la garnison de Moscou , cependant , de nouveau il fut assez rapidement expulsé de Moscou et condamné au titre de l’article 58.
En 1951, à la fin des ses études secondaires, M.A. Zakharov n’arrivait pas à fixer son choix sur une profession : l’académie du Génie, l’Institut d’Architecture ou l’Institut Kouibychev des ingénieurs du bâtiment de Moscou .
Toutefois le destin en décida autrement. A l’académie du Génie on a tout de suite prêté attention à l’enquête sur l’article 58 concernant son père et on lui a même déconseillé de passer les examens.
A l’Institut des Ingénieurs du bâtiment de Moscou, il ne s’est pas présenté au concours de la faculté qu’il avait lui même choisie …..
Après cela Marc Anatolievitch remit ses documents officiels à l’Institut d’Etat d’Art Théâtral, où on l’autorisa immédiatement à se présenter aux examens.
A. M. Lobanov, dirigeant du théâtre Ermolova – un des meilleurs théâtres de Moscou de l’époque, prêta une grande attention à l’acteur débutant.
Marc Anatolievitch dira plus tard de cet homme : " Ce pédagogue, qui nous a enseigné le métier d’acteur au cours du premier semestre de la 2ème année de cours m’a secoué, mis sans dessus desssous (…..)
Lobanov m’a offert la confiance en soi pour la vie; pour la première fois, à ses répétitions, j’ai ressenti, de l’intérieur, de toutes les cellules de mon cerveau et à fleur de peau ce qu’est le théâtre et ce qu’est notre ancienne profession de troubadours (…)
Il a créé dans notre cours une atmosphère de recherche profonde pour la mise en scène, un milieu âpre mais nourrissant pour nos jeunes cerveaux, une zone d’une haute intensité créatrice."
A l’automne de l’année 1955, il fut nommé au théâtre dramatique de la région de Perm. De l’avis même de Marc Anatolievitch ces trois années passées à Perm furent pour le moins un facteur stimulant et indispensable.
En 1959, en quittant Perm pour Moscou avec son épouse l’actrice Nina Lagchinova, M. A. Zakharov s’installe au théâtre Gogol de Moscou. Très vite, il passe au théâtre populaire des Miniatures, dirigé à l’époque par l’écrivain V. Poliakov et ou jouait N. Lagchinova.
Marc Anatolievich a travaillé au théâtre des miniatures jusqu’en 1964. A cette époque, il connaît un certain succès en tant que metteur en scène au théâtre des étudiants de l’Université d’Etat de Moscou et pressent qu’il ne peut plus exister en tant qu’acteur. Il fit ses débuts de metteur en scène sur la scène de ce théâtre avec un spectacle d’après la pièce de E. Schwartz « Le dragon » (1966).
Le théâtre des étudiants de l’Université d’Etat de Moscou devint un point de départ à partir de laquelle M. A. Zakharov entra dans le monde professionnel de la mise en scène.
En 1965, M. A. Zakharov est invité au théâtre de la Satire de Moscou en tant que metteur en scène.
C’est là qu’il eut son premier succès de réalisateur sur une scène professionnelle, avec le spectacle sensationnel et mémorable pour beaucoup d’amateurs de théâtre « Un emploi lucratif » d’après A. N. Ostrovskij. Le spectacle fut joué près de 40 fois et jouit d’un grand succès auprès des spectateurs avant qu’il ne fût interdit.
En 1973, M. A. Zakharov a dirigé le théâtre des Komsomols de Lénine à Moscou.
En 1974, on y joua la première de « Tilj » d’après la pièce de Gorine. Ce fut un spectacle poético-musical très attendu, haut en couleur et qui eut du succès - une représentation comique avec les éléments d’un vrai drame et d’une authentique satire comme le metteur en scène l’a caractérisée.
En 1983, en France, à l’Espace Cardin, la troupe du théâtre des Komsomols de Lénine joua « Iounona et Avosj ». Le premier opéra-rock, ainsi qu’on l’appela à l’étranger, fut très bien accueilli par les spectateurs et eut des échos enthousiastes dans la presse française.
En 2000, on donna un nouveau spectacle au théâtre Lenkom de Moscou « La ville des millionnaires », mis en scène par M. A. Zakharov avec son élève Samgine qui était à l’origine de cette idée.
Marc Anatoliévitch aime répéter que le plus important dans sa vie, son mérite et sa fierté, c’est la pléiade d’étoiles du monde du théâtre « Lenkom », qui regroupe autant de maîtres expérimentés de la scène, que de tout jeunes acteurs, mais talentueux et prometteurs de grands espoirs.
A l’époque où Marc Anatoliévitch Zakharov était directeur artistique, il parvint à faire donner une place importante à l’activité créatrice.
Tous ses films sont très connus et populaires. Sa première version des douze chaises » d’Ilf et Petrov avec A. Mironov et A. Papanov dans les rôles principaux et tournée, selon les propres mots du metteur en scène, dans le style d’actualités musico-littéraires est sortie sur les écrans nationaux en 1977 et reste la préférée des spectateurs. Au cinéma, le second travail connu de Zakharov comme metteur en scène a été le film « Un miracle habituel » (1978) d’après le scénario d’E. Schwartz avec E. Leonov, O Iankovskij, Iu. Solomine, E. Vassilieva, A. Abdoulov …. Ensuite, l’un après l’autre, trois de ses films sortirent d’après des scénarii de Gr. Gorine : « Le Baron Munkhausen (1979), « La maison construite par Swift » (1981) et « La formule de l’amour » (1983). En 1988, son film « Tuer le dragon » d’après le scénario d’E. Schwartz sortit sur les écrans.
Aujourd’hui, M. A. Zakharov est professeur titulaire de la chaire de la mise en scène de l’Académie Russe d’Art Théâtral. Il est secrétaire de l’Union des hommes de théâtre de la Fédération Russe, académicien de l’Académie russe de la télévision (1997), académicien de l’Académie internationale de la création (2000), membre de l’Union des écrivains de Moscou (1999). En 1989 M. A. Zakharov a été élu député de l’Union soviétique au titre de l’Union des hommes de théâtre. Très vite, il est devenu membre du conseil du Président.
Marc Anatolievitch Zakharov est Artiste populaire de l’URSS (1991), lauréat du Prix d’état de l’URSS (1987) et des prix de la Fédération de Russie (1992, 1997), lauréat du prix Stanislavski, plusieurs fois lauréat du prix « Turandot de cristal ». Il a été décoré des médailles de l’Amitié des peuples (1980), « pour services rendus à la patrie » niveau III (1997) ainsi que de l’ordre de Saint Stanislav (1998).
Marc Anatolievitch Zakharov est l’auteur de nombreuses publications sur le théâtre et la politique dans les périodiques, entre autres dans les journaux « Théâtre » et « Ogoniok ». On lui doit les livres « Contacts à plusieurs niveaux » (1988, 2000) et « Superprofession » (2000), consacrés aux problèmes de la mise en scène contemporaine. Pendant plusieurs années, il fut le présentateur du programme télévisé « Kinoserpentin ».
Il vit et travaille à Moscou.
Extrait de la biographie publiée par le Centre International biographique (Международный объединенный Биографический Центр) http://www.biograph.ru/. Traduit par Marylène et Andreï

Your remarks