Kinoglaz

 

Diary of events

- Stop Press

On current release

Festivals

 

Films

DVDs

- Watch on line

Names

Articles

Production

History

Seminars


Bibliography


Ongoing events

 

Awards

Box office

 

Statistics

 

Partnerships

 

Site map

Links

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Titles and names in bold print contain more complete information
Actress
 
Born 1904, Poland
 
Died 1953

Nato VACHNADZE

Нато ВАЧНАДЗЕ
Nato VATCHNADZE

Filmography (extracts)
 
Actress
1937 - Arsen (Арсен) by Mikhail CHIAURELI [fiction, 94 mn]
1934 - The Last ball / The Last Masquerade (Последний маскарад) by Mikhail CHIAURELI [fiction, 63 mn]
1934 - Last Crusaders (Последние крестоносцы) by Semyon DOLIDZE [fiction, 80 mn]
1927 - Gyulli (Гюлли) by Lev PUSH , Nikolay SHENGELAIA [fiction, 75 mn]
1924 - Three lives (Три жизни) by Ivan PERESTIANY [fiction, 160 mn]

Biography
No English biography available !
 
Née princesse Andronikova (Andronikachvili) le 14 juin 1904 à Varsovie (dans la Pologne encore russe où son père militaire était en poste). Morte en juin 1953 dans un accident d’avion.
Mariée trois fois : - avec le prince Merab Vatchnadze dont elle conservera le nom pour sa carrière
- avec le réalisateur Nikolaï Chenguélaïa (1903-1943) dont elle a deux fils : les réalisateurs Eldar (né en 1933) et Guéorgui (né en 1937) Chenguélaïa
- avec le capitaine (marine) Anatoli Katchrava
Une sœur actrice et réalisatrice : Kira Andronikova (1908-1960) épouse de l’écrivain Boris Pilniak (1894-1937).
Au printemps 1923, son portrait, exposé dans la vitrine d’un photographe de Tiflis (1), est remarqué par un réalisateur. Elle habite alors à Gourdjaani, dans une propriété familiale. Elle est retrouvée et on lui propose de tourner. Elle devient aussitôt célèbre. A son grand dam, on la cantonne d’abord dans des rôles mélodramatiques auxquels la condamne sa très grande beauté. Puis sa palette s’élargit aux figures lyriques et poétiques.
A un moment, elle travaille comme assistante réalisatrice avec la célèbre documentariste Esfir Choub sur « Komsomol, chef de l’électrification » (1932) où elle acquiert aussi des notions de montage.
En 1981, on a ouvert à Gourdjaani sa maison-musée. En Géorgie, les récompenses au cinéma s’appellent Nato en son honneur.
(1) La capitale de la Géorgie ne retrouve son nom de Tbilissi qu’en 1936.

Your remarks