Kinoglaz

 


- Dernières infos


Agenda

 

Films


Personnes


Ciné-dossiers

 

Liens

 

L'association kinoglaz.fr




Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
 
Né en 1960 
 
 

Joël CHAPRON

Жоэль ШАПРОН
Joël CHAPRON

Auteur :

Biographie
Né en 1960, Joël Chapron fait tout d'abord des études de russe à la Sorbonne avant d'entrer à l'École supérieure des interprètes et traducteurs (ESIT) de Paris et de devenir interprète de conférence. Il entre simultanément aux Dictionnaires Le Robert (1986-1992) comme rédacteur et correcteur. Il mène parallèlement une carrière de sous-titreur (plus de 90 films en langue russe) et de traducteur de scénarios. Il travaille, dans le cadre de différentes missions effectuées en Europe centrale et en ex-URSS, pour la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), le Centre national de la cinématographie, Europa Cinemas et l’Observatoire européen de l’audiovisuel, et collabore à plusieurs coproductions franco-russes (dont Une vie indépendante de Vitali Kanevski et Est-Ouest de Régis Wargnier).
En 1995, il est nommé responsable des pays d’Europe centrale et orientale à Unifrance, l’organisme de promotion du cinéma français à l’étranger. Il collabore depuis plus de vingt ans au Festival de Cannes pour lequel il établit une liste de recommandations de films de l’ex-URSS et des pays de l'Europe de l'Est et fait de même, depuis 2006, pour le festival de Locarno.
Il fut membre du groupe de réflexion sur le cinéma, « l’Exception », parrainé par Le Monde et l’Institut des sciences politiques de Paris (2000-2004), dont les travaux ont été publiés dans trois livres parus chez Gallimard, Le Banquet imaginaire, Voir ensemble et Le Cinéma sans la télévision. Après avoir été pendant plusieurs années chercheur associé au Laboratoire Culture et Communication de l’université d’Avignon, il y a été nommé, par décret au Journal officiel, professeur associé de 2009 à 2016 et y intervient encore régulièrement.
Joël Chapron est l’auteur de nombreux articles, pour la presse française et étrangère, sur les cinématographies des pays de l’Est, d’un article pour le site du Festival de Cannes (en huit langues) sur l’histoire des relations tumultueuses entre celui-ci et la Russie et d'Une (petite) histoire du cinéma kirghize (Culture et Musées n°12, Actes Sud, janvier 2009, également éditée en anglais dans Studies in Russian & Soviet Cinema, Volume 4, Number 2). Il a publié en Russie en 2011 une étude sur Les Principes et mécanismes de financement du cinéma français, en collaboration avec Priscilla Gessati (éd. Azbouka-Attikous, en langue russe ; 2e édition actualisée et complétée en 2013).
Il fut membre de l’équipe de rédaction de la nouvelle édition du Dictionnaire mondial du cinéma (parue à l’automne 2011 chez Larousse), collabore à un ouvrage que dirige Emmanuel Ethis, professeur en Sciences de l'Information et de la Communication à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, intitulé Les Belles ténébreuses, une sociologie des stars au cinéma (à paraître chez Armand Colin), et écrit une histoire du cinéma français en Russie et du cinéma russe en France. Il est l’auteur d’un très grand article consacré à Vingt-cinq ans d’industrie cinématographique postsoviétique (CinémAction n°148, « Le cinéma russe, de la perestroïka à nos jours », septembre 2013). En 2014, il traduit Elena : histoire du film d’Andreï Zviaguintsev, publié par les éditions Cygnnet. Il publie en 2016 L’Exploitation cinématographique en France, écrit en collaboration avec Priscilla Gessati (éd. Azbouka-Attikous, en langue russe; éd. Dixit, en français), vient d’achever Moscou et Saint-Pétersbourg mises en scènes, écrit en collaboration avec Christel Vergeade (sortie en octobre 2017, éd. Espaces&Signes), ainsi que deux articles revenant sur « L’histoire de l’exploitation cinématographique en Russie et en URSS » dans Cinéma russe contemporain, (r)évolutions (éd. Presses du Septentrion,sortie en octobre 2017). Il fait les bonus des coffrets DVD (éd. Potemkine Films) consacrés à 3 œuvres de Grigori Tchoukhraï (Le 41e, La Ballade du soldat, Ciel pur) et à 5 œuvres du couple Larissa Chepitko/Elem Klimov (Les Ailes, L’Ascension, Bienvenue ou accès interdit aux personnes non autorisées, Raspoutine l’agonie, Les Adieux à Matiora).
Il donne également des conférences: "Retour sur le cinéma soviétique" (Institut Lumière, Lyon, mai 2012), "Les cinémas russe en France et français en Russie" (Sorbonne, Association des historiens, « La France et la Russie dans l’Europe des XIXe et XXe siècles », juin 2012 ; Moscou, mars 2013), "Une histoire du cinéma russe en France" (Institut Lumière, Lyon, février 2015), "L’Exploitation cinématographique en Russie" (Princeton University, décembre 2015), "L'Histoire dans le cinéma russe" (Ajaccio, juin 2016) ; "Le cinéma roumain" (Pessac, décembre 2016).
Joël Chapron a été nommé au grade de chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres (septembre 2012) et s’est vu décerner le Prix du meilleur sous-titrage de l’année 2013 pour un film non anglophone (The Major de Iouri Bykov) par l'Association des traducteurs/adaptateurs de l'audiovisuel.
 

Commentaires et bibliographie
- Joël Chapron 2019, Wikipédia
 
 
Vos remarques