Kinoglaz

 

Diary of events

- Stop Press

On current release

Festivals

 

Films

DVDs

- Watch on line

Names

Articles

Production

History

Seminars


Bibliography


Ongoing events

 

Awards

Box office

 

Statistics

 

Partnerships

 

Site map

Links

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Others 
Titles and names in bold print contain more complete information
Viktor KOSSAKOVSKY
Виктор КОСАКОВСКИЙ
Viktor KOSSAKOVSKI
 
United Kingdom / Germany / Denmark / USA, 2018, 90 mn 
documentary

Aquarela

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Акварель

 

 Aquarela

 Akvarel


 
Directed by : Viktor KOSSAKOVSKY (Виктор КОСАКОВСКИЙ)
Writing credits : Viktor KOSSAKOVSKY (Виктор КОСАКОВСКИЙ)
Cinematography : Viktor KOSSAKOVSKY (Виктор КОСАКОВСКИЙ)
Editing : Viktor KOSSAKOVSKY (Виктор КОСАКОВСКИЙ)
Production : Aconite Productions; BFI Film Fund; Danish Documentary Production; Louverture Film; Ma.Ja.De Filmproduktion
 

Awards :
Best documentary Annual award of the Guild of Historians of Cinema and Film Critics, Moscow (Russia), 2018

Plot synopsis
No English plot synopsis available !
 

Le héros du film est l'eau sous ses formes les plus étonnantes.
Il y a sept ans, j'ai tourné un film qui a fait l'ouverture de la Mostra de Venise: Vive les Antipodes. Il y a un passage sur le Baïkal où une petite fille dit: «Dans la prochaine vie je voudrais être l'eau — pure comme l'eau du Baïkal.»
Quand j'ai eu la possibilité de faire un film sur l'eau, j'ai compris que je devais commencer par le Baïkal. Je suis venu, j'ai installé ma caméra au même endroit et je me suis préparé à tourner. C'était effectivement magnifique. J'ai fait quatre fois le tour du monde, j'ai tout vu, mais rien ne pourrait être comparé au Baïkal. La glace, en hiver, fait plus d'un mètre d'épaisseur, mais elle est transparente — comme si l'on marchait sur du verre. Je voulais le filmer, et tout à coup devant la caméra une tragédie s'est produite: une voiture avec des personnes à bord s'est enfoncée sous la glace.
Je n'avais pas l'intention d'utiliser cet épisode, puis je me suis dit qu'il dévoilait notre essence russe — ça passe ou ça casse. Après tout on voit que la glace a déjà fondu par vagues, mais les locaux disent: «Jeune homme, je suis né ici, ça fait 30 ans que je roule sur cette glace, ne me donne pas de leçons. Je connais cette glace comme ma poche, rien ne m'arrivera, ce sont les touristes idiots qui se noient.» Ils sont allés chercher des cigarettes, pour un tel final — c'est de la folie.
C'est dans cette scène que l'on voit la force de l'eau. A gauche, les gens s'enfoncent sous l'eau, à droite, ils s'enfoncent, et là où une personne se noie la glace est si épaisse que trois hommes ne peuvent pas la briser. Voilà la force: elle peut te tuer et tu ne lui feras rien. Je me suis demandé ce que je pourrais filmer encore et j'ai compris: il faut partir au Groenland, au royaume des glaces. Le plus terrifiant, c'est de s'approcher d'un glacier. Pas comme des touristes à cinq kilomètres, mais s'approcher de très près et de le toucher.
Nous avons installé la caméra sous un iceberg à 800 m de profondeur. Chaque épisode avait quelque chose d'incroyable. Les opérateurs d'Hollywood m'envoient des lettres où ils tirent leur chapeau parce qu'ils n'arrivent pas à comprendre comment nous avons réussi à faire.
https://fr.sputniknews.com/culture

Главным героем фильма будет, по словам режиссера, вода в самых ее удивительных проявлениях.
 

Selected in the following festivals :
- Istanbul International Film Festival, Istanbul (Turkey), 2019
- Sundance Film Festival, Park City (USA), 2019
- San Francisco International Film Festival, San Francisco (USA), 2019
- Venice International Film Festival, Venice (Italy), 2018
- Annual award of the Guild of Historians of Cinema and Film Critics, Moscow (Russia), 2018
- Message to Man : International Short, Documentary and Animated Film Festival, St Petersburg (Russia), 2018


Your remarks