Kinoglaz

 

Diary of events

- Stop Press

On current release

Festivals

 

Films

DVDs

- Watch on line

Names

Articles

Production

History

Seminars


Bibliography


Ongoing events

 

Awards

Box office

 

Statistics

 

Partnerships

 

Site map

Links

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Others 
Titles and names in bold print contain more complete information
Aleksey BATALOV
Алексей БАТАЛОВ
Alekseï BATALOV
 
USSR, 1959, 75 mn 
Black and white, fiction

Shinel

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Шинель

 

 Le Manteau

 Shinel


 
Directed by : Aleksey BATALOV (Алексей БАТАЛОВ)
Writing credits : Leonid SOLOVYOV (Леонид СОЛОВЬЕВ)
Based on Nikolay Gogol's short story of the same title
 
Cast
Rolan BYKOV (Ролан БЫКОВ) ...Akaki Akakievitch Bachmatchkine
Yelena PONSOVA (Елена ПОНСОВА)
Georgi TEIKH (Георгий ТЕЙХ)
Yuri TOLUBEYEV (Юрий ТОЛУБЕЕВ) ...Le tailleur Petrovitch
Nina URGANT (Нина УРГАНТ) ...La beauté
 
Cinematography : Genrikh MARANDZHIAN (Генрих МАРАНДЖЯН)
Production design : Isaac KAPLAN (Исаак КАПЛАН)
Music : Nikolay SIDELNIKOV (Николай СИДЕЛЬНИКОВ)
Sound : Arnold SHARGORODSKY (Арнольд ШАРГОРОДСКИЙ)
Production : Lenfilm
Release date in Russia : 02/02/1959
 

Note :
Based on a story of the same title by Nikolai Gogol filmed to celebrate the 150th anniversary of the writer's birth.

Plot synopsis
No English plot synopsis available !
 

Au début du film on assiste au choix d’un prénom pour un bébé. Les prénoms trouvés sur un livre ne conviennent pas à la mère qui décide de lui donner le nom de son père. Ainsi est baptisé Akaki Akakievitch Bachmatchkine. Aussitôt après, on voit le héros déjà d’un âge avancé qui au lever contemple les plumes d’oie qui sont toute sa vie : il est fonctionnaire à Saint-Pétersbourg et spécialisé dans le copie de documents. Il est déjà si habitué à ce travail mécanique qu’il fait avec art et délectation, que lorsque son chef lui propose de faire un vrai travail de rédaction, il essaie avec application mais doit y renoncer et sera pour le reste de sa carrière un fonctionnaire copiste. Pour aller à son travail, l’hiver, il doit affronter le vent et la neige vêtu d’un manteau tout troué. A son arrivée au bureau on se moque et de ses vêtements usés et de son zèle au travail. Il passe une nouvelle fois chez le tailleur Petrovitch son voisin qui refuse définitivement de faire de nouveaux rapiéçages. L’inévitable est arrivé : il faut acheter un manteau neuf. Avec le secours de la femme du tailleur il obtient un rabais sur le prix, entreprend une série de nouvelles économies, cherche et trouve des travaux complémentaires de copie à la maison. La confection du manteau est entreprise, on achète du tissu on prend des mesures et chaque jour Akaki Akakievitch vient voir l’accomplissement du miracle : le tissu devient petit à petit un manteau doublé spécialement ajusté à ses mesures. Le jour solemnel de la livraison du manteau arrive, le ravissement est à son comble. Le lendemain pour partir à son travail vêtu de sa nouvelle pelisse, Akaki Akakievitch est si transformé que même le chien de la maison ne le reconnaît pas ! A son arrivée a bureau tout le monde le félicite et il ne peut refuser l’invitation à un dîner chez l’un des fonctionnaires pour fêter le nouveau manteau. A la fois heureux et mal à l’aise ébloui par la fête, mais incapable de s’y insérer, il finit par partir non sans avoir ramassé un œillet blanc qu’une des jolies dames avait laissé tomber. Chaudement vêtu de son manteau et la fleur à la main, il trouve dans la rue une atmosphère de fête et quand une coquette femme s’adresse à lui en lui demandant de feindre le connaître et de l’accompagner, il avance comme dans un rêve, mais au moment où il veut faire cadeau de la fleur blanche à la dame, celle-ci s’est déjà éclipsée. Il part alors chez lui à pied car il n’a pas d’argent. Deux fripons le rattrapent et lui dérobent son manteau neuf. Le bonheur fait place au désespoir, la police refuse de l’entendre et il se fait vivement réprimander par un de ses supérieurs auquel il était allé demander d’intervenir. Le désespoir est insurmontable et Akaki Akakietich meurt non sans troubler ceux qui ont peut-être des remords de ne pas l’avoir pris au sérieux. Le chef qui l’avait repoussé le voit surgir en pleine nuit sur sa voiture pour lui saisir son manteau…

Одинокий маленький человек делается заложником мечты о вещи, способной, по его мнению, полностью изменить его жалкое существование. Но сможет ли новая шинель сделать его счастливым.
 


Your remarks