Kinoglaz

 


- Dernières infos


Agenda

 

Films


Personnes


Ciné-dossiers

 

Liens

 

L'association kinoglaz.fr




Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Vassili SIGAREV
Василий СИГАРЕВ
Vasili SIGAREV
 
Russie, 2012, 119 mn 
Couleur, fiction

Vivre

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Жить

 

 Living

 Zhit


 
Réalisation : Vassili SIGAREV (Василий СИГАРЕВ)
Scénario : Vassili SIGAREV (Василий СИГАРЕВ)
 
Interprétation
Yana TROIANOVA (Яна ТРОЯНОВА)
Yana SEKSTE (Яна СЕКСТЕ)
Evgueni SYTY (Евгений СЫТЫЙ)
Olga LAPCHINA (Ольга ЛАПШИНА)
 
Images : Alicher KHAMIDKHODJAEV (Алишер ХАМИДХОДЖАЕВ)
Musique : Pavel DODONOV (Павел ДОДОНОВ)
Produit par : Roman BORISSEVITCH (Роман БОРИСЕВИЧ), Aleksandr KOUCHAEV (Александр КУШАЕВ)
Production : Studio Koktebel
 

Prix et récompenses :
Grand prix Festival du film d'Europe Centrale et Orientale , Wiesbaden (Allemagne), 2012
Prix de la FIPRESCI Festival du film d'Europe Centrale et Orientale , Wiesbaden (Allemagne), 2012
Meilleure réalisation Festival ouvert de cinéma russe Kinotavr, Sotchi (Russie), 2012
Meilleure image Alicher KHAMIDKHODJAEV , Festival ouvert de cinéma russe Kinotavr, Sotchi (Russie), 2012
Prix de la Guilde des critiques et historiens du cinéma Festival ouvert de cinéma russe Kinotavr, Sotchi (Russie), 2012
Deuxième prix Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2012
Meilleure image Alicher KHAMIDKHODJAEV , Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2012
Meilleur second rôle féminin Olga LAPCHINA , Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2012

Synopsis
Le nouveau film de Sigarev raconte trois histoires parallèles. Les héros de chacune d’entre elles ont perdu un être proche et atteignent cette limite où la vie, au sens d’une existence ordinaire et responsable, devient impossible. Et ils franchissent cette limite.
Les héros principaux sont : une jeune femme (Iana Troianova), une femme d’âge mur (Olga Lapchina) et un petit garçon. Tous trois sont victimes des circonstances qui ont provoqué la disparition de leurs proches les plus chers. En fait la seule victime innocente est cet enfant orphelin, le fils d’un père qui s’est suicidé. Les deux dames sont, d’une façon indirecte, responsables de la tragédie de leur vie. Mais il est peu probable qu’elles soient capables d’en prendre conscience. Le monde de l’intellect leur est étranger. Par contre le monde des émotions de ces femmes simplettes est si puissant qu’il peut engendrer une nouvelle réalité parallèle à la nôtre.
 

Commentaires et bibliographie
Les sept meilleurs films consacrés à la réalité russe, Ekaterina SINELCHTCHIKOVA, RUSSIA BEYOND, 2019
Федерация Киноклубов России выбрала любовь., Larissa OSTROVSKAIA, Федерация Киноклубов России, 2013
В Роттердаме показали фильм Василия Сигарева Жить, filmyonli.ru, 2012
Жить и умирать [О фильме Жить Василия СИГАРЕВА ], Maria TOKMACHEVA, ria.ru, 2012
Vasilii Sigarev: Living (Zhit’, 2012), Julian GRAFFY, kinokultura.com, 2012
 
Vassili Sigarev raconte ainsi comment est née l'idée du film : "Les premiers flashs ont surgi quand j'avais douze ans: sur le chemin de l'école je suis tombé sur la scène suivante : près d'une maison recouverte de marbre était massée une foule noire. Je me dirigeais vers elle, personne ne bougeait. Je suis monté au premier étage, suis entré dans l'appartement où tous les miroirs étaient recouverts de nappes et de couvertures et je suis devenu un autre. Je ne veux pas que vous sachiez ce que j'ai vu là-bas... Vous le verrez dans notre film. Mais je veux que vous entendiez les questions que je me suis posées alors. Les voici : que se passe-t-il pour l'homme qui est resté? Comment traverser cela? Et surtout pourquoi? Je n'ai toujours pas trouvé de réponses à ces questions, mais j'ai trouvé la réponse à une autre question qui serait celle-ci : quelle que soit la manière cynique et inhumaine dont la vie essaie de nous faire nous détester, nous avons une seule chose à faire : vivre. C'est difficile, parfois invraisemblable et même impossible mais c'est indispensable. Car la vie ce n'est pas "une forme d'existence d'un ensemble de protéines". C'est "mon âme à travers le feu et la fumée..."

Sélections dans les festivals :
- Russian film symposium. Université de Pittsburgh, Pittsburgh (USA), 2014
- Festival international du film d'Helsinki, Helsinki (Finlande), 2013
- Festival du film européen de Lecce, Lecce (Italie), 2013
- Festival international du film de Transylvanie : TIFF, Cluj Napoca (Roumanie), 2013
- Festival international du cinéma Tarkovski "Le Miroir", Ivanovo (Russie), 2013
- Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2013
- Art Film Festival, Trencin (Slovaquie), 2013
- Festival international du film de Göteborg, Göteborg (Suède), 2013
- Festival du film d'Europe Centrale et Orientale , Wiesbaden (Allemagne), 2012
- Festival international du film ''L'Abricot d'Or'' (Voské Dziran) à Erevan, Erevan (Arménie), 2012
- Festival international du film de Thessalonique, Thessalonique (Grèce), 2012
- Festival international du film de Rotterdam, Rotterdam (Pays-Bas), 2012
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2012
- Festival du film russe à Londres, Londres (Royaume Uni), 2012
- The Times BFI London Film Festival, Londres (Royaume Uni), 2012
- Festival international du film sur les droits de l'homme "Stalker", Moscou (Russie), 2012
- Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2012
- Festival "Vive le cinéma de Russie", Saint-Pétersbourg (Russie), 2012
- Festival de cinéma russe ''Une fenêtre sur l'Europe'', Vyborg (Russie), 2012
- Festival de Cinéma Européen Indépendant VOICES, Vologda (Russie), 2012
- Festival de cinéma russe ''Premières de Moscou'', Moscou (Russie), 2012
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2012
- Festival ouvert de cinéma russe Kinotavr, Sotchi (Russie), 2012
- Festival International du Film d'Odessa, Odessa (Ukraine), 2012

Images et vidéos
 
 


Vos remarques