Kinoglaz

 


- Dernières infos


Agenda

 

Films


Personnes


Ciné-dossiers

 

 

L'association kinoglaz.fr




Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Mikhaïl KALATOZOV
Михаил КАЛАТОЗОВ
Mikhail KALATOZOV
 
URSS (Géorgie), 1930, 55 mn 
Noir et blanc, documentaire

Le Sel de Svaneti

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Соль сванетии

 

 Salt for Svanetia

 Sol Svaneti


Autres titres : Djim Chvante
 
Réalisation : Mikhaïl KALATOZOV (Михаил КАЛАТОЗОВ)
Scénario : Sergueï TRETIAKOV (Сергей ТРЕТЬЯКОВ)
Images : Chalva GUEGUELACHVILI (Шалва ГЕГЕЛАШВИЛИ), Mikhaïl KALATOZOV (Михаил КАЛАТОЗОВ)
Production : Goskinprom Grouzi
 
Sites : Page Allociné, page IMDb

Synopsis
Ce film raconte la vie des montagnards de la Haute Svaneti dans la région d'Ouchgouli, de part et d'autre de la rivière Ingouri. Isolée du pays par une chaîne de montagnes, la population locale conservait encore en 1929 les vestiges de coutûmes anciennes (les sacrifices, le rituel des enterrements, etc.) Le climat rude, la misère, le manque de sel, rendaient la vie difficile. Chaque année, la population masculine descendait en groupes vers la vallée (Basse Svaneti) pour gagner de l'argent. En revenant ils rapportaient à leurs familles un chargement précieux : le sel. Le trajet à travers montagnes et glaciers était si difficile et périlleux que beaucoup y périssaient. Les derniers plans du film montrent comment les montagnards, avec l'aide de l'autorité soviétique, au cours du premier plan quinquennal, trouvent une nouvelle voie de développement économique.
 

Commentaires et bibliographie
Les origines du cinéma soviétique : un regard neuf, Myriam TSIKOUNAS, Livre, Cerf, 1992
 
Le film a été réalisé à partir d'un film ethnographique réalisé par Kalatozov et non distribué Aveugle ( Слепая )

"(...) Lorsque Kalatozov fut sur les lieux du tournage, il s'écarta du projet écrit, pour le rendre encore plus proche de la réalité locale. Le sujet du film est la Svaneti, autrefois presque totalement isolée du reste du Caucase, sauf un unique col qui pendant une brève période était dépourvu de neige et permettait le passage. Des tours de pierre à l'italienne témoignent de l'ancienne défense contre les incursions des seigneurs féodaux de la vallée, et elles font également entrevoir un lien avec les croisades. Le premier film (Svaneti) qui concernait cet étrange vestige de la culture médiévale fut réalisé par Jeliaboujski et Yalovoï en 1927, mais le film qui pour toujours s'identifiera avec ce peuple, de la même façon que les Hurdes d'Espagne sont identifiés avec Terre sans pain de Bunuel, est le film de Kalatozov, Le Sel de Svaneti. Ces deux films sont liés dans mon esprit — tous deux surréalistes au sens littéral du terme, tous deux exprimant pour leur sujet une pitié rude, bien plus émouvante que tout appel à la sympathie. Je souhaiterais que le chef-d'œuvre de Kalatozov fût mieux connu, mais il est l'une des nombreuses victimes de la transition internationale du muet au sonore. Bien que mentionné dans le catalogue d'exportation des films soviétiques, je n'ai jamais entendu un commentaire étranger à son sujet. Même la description du film dans ce catalogue suggère un film surprenant : « La vie est patriarcale, primitive ; la lutte pour l'existence dans ces montagnes couvertes de neige entraîne une telle misère, une telle faim, et en particulier un tel manque de sel, que chaque nouvelle naissance est considérée comme une malédiction, et la mort devient une fête solennelle. Des offrandes sanglantes étaient faites sur les tombeaux des morts ; des chevaux et du bétail étaient immolés en l'honneur des dieux païens, Salema et Dala. »
Un critique étranger bien informé, Harry Allan Potamkin, vit le film à plusieurs étapes de sa réalisation, mais ses efforts en vue de le faire mieux connaître ne réussirent pas à accroître son audience. C'est lui qui suggéra de modifier le titre, Djim Chvante, qui pouvait porter à confusion, et de l'appeler Le Sel de Svaneti. Mais le film resta enterré dans les listes des films ethnographiques et, même maintenant, il est rarement mentionné dans les histoires du film soviétique. L'article de Potamkine sur son voyage en Russie contient l'indication la plus claire de la valeur du film qui ait été imprimée : « Kalatozov a immédiatement établi son point de vue dans l'image audacieuse et les grands angles austères. Il démasque de façon implacable la vie austère des Svanes, exploités, sans espoir, emprisonnés par les montagnes. Les funérailles de la victime de la tuberculose sont atroces dans leur tragique désespoir. La veuve, égouttant son lait dans la tombe, condamne la collusion du paganisme et de la chrétienté conspirant au détriment du bonheur humain. « Nous ne donnerons pas notre lait à la tombe » crient les femmes révoltées. Le film appelle, et nous répondons : «Ces êtres humains doivent être sauvés — des routes et du sel ! » La dernière partie qui crie directement ce slogan, n'ajoute rien — le film entier le crie de façon suffisamment convaincante». Il y eut bien sûr des objections. Vingt-cinq notables de Svaneti nièrent que les coutumes étranges montrées dans le film aient jamais existé, et soutinrent qu'il était beaucoup plus important pour un film de montrer la modernisation de la Svaneti plutôt que les coutumes anciennes ; leurs objections étaient compréhensibles, mais pas totalement plausibles. Cette réaction fut utilisée plus tard contre Kalatozov dans la crise plus sérieuse de son film suivant." Jay Leyda, Kino

Sélections dans les festivals :
- Talents soviétiques - Collection Arkeion, Paris (France), 2019
- Festival international du film de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg (Russie), 2012
- Festival international de films de Fribourg, Fribourg (Suisse), 2011
- Une semaine de cinéma caucasien à l'Action Christine, Paris (France), 2010
- Journées du cinéma muet de Pordenone, Pordenone (Italie), 2010
- Festival de cinéma de Douarnenez, Douarnenez (France), 2009
- Festival international de cinéma : Méridiens du Pacifique, Vladivostok (Russie), 2009
- Festival international des premiers films "Esprit du feu", Khanty Mansiïsk (Russie), 2004

Images et vidéos
 
 


Vos remarques