Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Karen GUEVORKIAN
Карен ГЕВОРКЯН
Karen GEVORKIAN
 
URSS / Allemagne, 1990, 132 mn 
Couleur, fiction

Le Chien pie qui court au bord de la mer

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Пегий пес, бегущий краем моря

 

 Spotted Dog Running At The Edge Of the Sea

 Pegiy pios, begushchiy krayem morya


 
Réalisation : Karen GUEVORKIAN (Карен ГЕВОРКЯН)
Scénario : Karen GUEVORKIAN (Карен ГЕВОРКЯН), Tolomouch OKEEV (Толомуш ОКЕЕВ)
D'après une nouvelle de Tchinguiz Aïtmatov.
 
Interprétation
Tokon DAIYRBEKOV (Токон ДАЙЫРБЕКОВ)
Baïarto DAMBAEV (Баярто ДАМБАЕВ)
Lioudmila IVANOVA (Людмила ИВАНОВА)
Doskhan JOLJAKSYNOV (Досхан ЖОЛЖАКСЫНОВ)
Aleksandr SASSYKOV (Александр САСЫКОВ)
 
Images : Igor BELIAKOV (Игорь БЕЛЯКОВ), Karen GUEVORKIAN (Карен ГЕВОРКЯН), Roudolf VATINIAN (Рудольф ВАТИНЯН)
Décors : Gueorgui OUSSENKO (Георгий УСЕНКО), Evgueni STRILETSKI (Евгений СТРИЛЕЦКИЙ)
Musique : Chandor KALLOCH (Шандор КАЛЛОШ)
Ingénieur du son : Aleksandr KOUZMINE (Александр КУЗЬМИН)
Production : Studio Dovjenko, Talisman
 

Prix et récompenses :
Premier prix du programme "Films pour l'élite ?", Sotchi, 1991
Médaille d'or, Prix de la FIPRESCI au Festival de Moscou, 1991
Prix de la presse cinématographique du meilleur film de l'année, 1991
Grand prix du film s'auteur au Festival de San Remo, 1993
Grand prix du Festival de Valenciennes, 1993

Synopsis
Les héros sont des Nivkhis, issus d'une petite population du nord. Un petit garçon de 10 ans, accompagné de son grand-père, son père et son oncle, part pour la première fois à la chasse aux phoques. Mais un malheur s'abat sur les chasseurs : le brouillard s'est levé sur la mer et ils se perdent. Quand les réserves de nourriture arrivent à leur fin, les hommes décident de se sacrifier pour sauver le garçon et par suite leur peuple.
 

Commentaires et bibliographie
 
Unique film du réalisateur d’origine arménienne Karen Guevorkian produit en Ukraine, Le Chien pie qui court le long de la mer fut commencé en 1978 à la Lenfilm, puis arrêté sur décision du Goskino. Mais en 1986, sur l'insistance de Viktor Démine, le Derjkino donna au réalisateur la possibilité de continuer et de terminer son travail aux Studios Dovjenko de Kiev, où les traditions du cinéma poétique subsistaient toujours.

Le film s’inspire du récit de Tchinguiz Aimatov sur la condition humaine des Nivkhes, petite minorité ethnique de Sibérie orientale confrontée à la rigueur des éléments et menacée d’extinction. Par son style documentaire, mais néanmoins épique, il rappelle Nanouk, l’Esquimau, avant un final intensément dramatique. Les lois éthiques sont celles de la nature avec qui l’homme vit en harmonie, la combat et la tutoie comme un être humain. Riche tant sur le plan anthropologique que cinématographique, le film se découpe en deux parties. La première se passe sur terre non loin du littoral. La seconde, en mer d’Okhotsk, et se réfère directement au récit d’Aimatov relatant l’initiation d’un jeune garçon à la chasse au phoque par son grand-père, son père et son oncle. Malgré quelques similitudes avec le film de Flaherty et L’Île nue du Japonais Kaneto Shindo, le film n’en reste pas moins une brillante fiction philosophico-poétique, émaillée de paraboles mythologiques, où chaque geste devient rituel. Contrairement à Flaherty qui demandait à Nanouk de rejouer son propre quotidien, Guevorkian nous plonge au cœur d’une communauté, vue par un œil non pas exotique mais ethnographique. Le réalisateur jette un regard libre sur les mœurs et les traditions, directement liées au substrat religieux d’une culture ancestrale. Dominée par le blanc de la toundra et du brouillard, la photographie du film est généreuse en plans d’ensemble, où l’image se transfigure en hymne au grand créateur. Le film est encore plus poétique qu’Aérograd de Dovjenko, une œuvre splendide au rythme lent et puissamment universelle.
Formé au VGIK, d’abord en tant qu’opérateur puis réalisateur, Guevorkian est de ces cinéastes qui ont connu la censure durant la stagnation brejnévienne, parce que considéré comme antisoviétique. Il travaillera épisodiquement aux Studios ArmenFilm et Lentéléfilm, et ne réalisera que deux longs métrages en vingt ans, avant de créer sa propre unité de production, le Studio Navigator, en 1993.
Lubomir Hosejko

Sélections dans les festivals :
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2009
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2005

Images et vidéos
 


 


Vos remarques