Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Mikhaïl KOBAKHIDZE
Михаил КОБАХИДЗЕ
Mikhail KOBAKHIDZE
 
URSS, 1969, 12 mn 
Noir et blanc, Sans paroles, fiction

Les Musiciens

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Музыканты

 

 Muzykanty

 Muzykanty


 
Réalisation : Mikhaïl KOBAKHIDZE (Михаил КОБАХИДЗЕ)
Scénario : Mikhaïl KOBAKHIDZE (Михаил КОБАХИДЗЕ)
 
Interprétation
Guïa AVALICHVILI (Гия АВАЛИШВИЛИ) ... 
Mikhaïl KOBAKHIDZE (Михаил КОБАХИДЗЕ) ... 
 
Images : Alexandre ANTIPENKO (Александр АНТИПЕНКО), Abesalom MAISSOURADZE (Абесалом МАЙСУРАДЗЕ)
Ingénieur du son : Tenguiz NANOBACHVILI (Тенгиз НАНОБАШВИЛИ)
Montage : Mikhaïl KOBAKHIDZE (Михаил КОБАХИДЗЕ)
Distribution en France : ARKEION Films, Paris
 
Format : 35 mm

A noter :
Voir l'interview exclusive du réalisateur réalisée par Kinoglaz en décembre 2006

Synopsis
Deux jeunes musiciens se rencontrent. Au début, ils sont heureux, ensuite ils se disputent, et la dispute se transforme en guerre. Film - pantomime.
 

Commentaires et bibliographie
 
Dès sa première image, un paysage d’une blancheur virginale, le film se démarque des autres par une recherche esthétique palpable. La composition semble suggérer une plaine enneigée, mais ce pourrait tout aussi bien être un studio peint en blanc. Dans ce court métrage, le réalisateur géorgien s’amuse donc avec le concept du trompe-l’œil, tout en y étalant un minimalisme qui frôle par moment l’abstraction. Les cadrages frontaux (souvent symétriques), la fixité de la caméra et le montage qui sépare presque l’espace que cohabitent deux hommes tantôt amis, tantôt ennemis, voilà des éléments de styles qui régimentent un univers fortement construit. Pourtant, il y règne un chaos narratif qui participe des principes de l’écriture automatique, comme l’atteste cette apparition soudaine et isolée d’un vrai taureau durant la scène farfelue de corrida cache-cache, ou encore ce canon de guerre qui abat un des protagonistes. Dans la première scène décrite, celle de la corrida, Kobakhidzé montre un homme déjouant les attaques à l’épée de son opposant à l’aide d’un drap blanc qui lui sert de camouflage dans cet environnement enneigé et clairsemé. Le cinéaste se sert très subtilement de la surexposition pour amplifier l’effet d’illusion. Toute cette blancheur qui remplit le cadre renvoie inévitablement à l’écran de cinéma qui nous fait face, et place Les musiciens sous l’enseigne de la réflexivité grâce à un questionnement formel sur la nature d’une image, sa visibilité et sa portée confondante. (…) www.horschamp.qc.ca

Sélections dans les festivals :
- Cinéma Russie Institut Lumière, Lyon (France), 2012
- Festival Premiers Plans d'Angers, Angers (France), 2011
- Festival international de films de Fribourg, Fribourg (Suisse), 2011
- Festival international Ciné Junior, Val de Marne (France), 2010
- Festival de cinéma de Douarnenez, Douarnenez (France), 2009
- Festival du film russe "Vesna" à Paris, Paris (France), 2009
- Cycle de cinéma russe à l'Arlequin, Paris (France), 2007
- Festival international des premiers films "Esprit du feu", Khanty Mansiïsk (Russie), 2006
- Rétrospectives : frères Chenguelaïa - Mikhail Kobakhidze, Paris (France), 2005

Images et vidéos
 
 


Vos remarques