Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Nikolaï DREIDEN
Николай ДРЕЙДЕН
Nikolay DREYDEN
 
Russie, 2008, 92 mn 
Couleur, fiction

L'Autel de l'Ange

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Придел Ангела

 

 Angel's Aisle

 Pridel Angela


 
Réalisation : Nikolaï DREIDEN (Николай ДРЕЙДЕН)
Scénario : Nikolaï DREIDEN (Николай ДРЕЙДЕН)
 
Interprétation
Vladimir BARANOV (Владимир БАРАНОВ)
Carolyn CAVALLERO (Кэролин КАВАЛЛЕРО) ...le Supérieur Mavriki
Vitas EIZENAKH (Витас ЭЙЗЕНАХ) ...Raatikaïnen
Khelga FILIPPOVA (Хельга ФИЛИППОВА) ...Rita
Dmitri LYSSENKOV (Дмитрий ЛЫСЕНКОВ)
Vladimir MATVEEV (Владимир МАТВЕЕВ) ...le Supérieur Mavriki
Alekseï MOROZOV (Алексей МОРОЗОВ) ...Maksim Prochine
Maria REZNIK (Мария РЕЗНИК) ...Jenia, enfant
Emilia SPIVAK (Эмиля СПИВАК) ...Jenia
Artur VAKHA (Артур ВАХА)
 
Images : Valeri LERNER (Валерий ЛЕРНЕР)
Décors : Alexandre SOUVOROV (Александр СУВОРОВ)
Musique : Maria ROMANOVA (Мария РОМАНОВА)
Produit par : Grigori NIKOULINE (2) (Григорий НИКУЛИН (2)), Tamara PONOMARENKO (Тамара ПОНОМАРЕНКО), Viatcheslav TELNOV (Вячеслав ТЕЛЬНОВ)
Production : Lenfilm, studio EN
 

Prix et récompenses :
Diplôme Festival de cinéma russe ''Une fenêtre sur l'Europe'' , Vyborg (Russie), 2008
Grand prix Festival du Film "Lutchezarny angel", Moscou (Russie), 2008
Grand prix Festival de films historiques Vetche, Novgorod (Russie), 2008

Synopsis
Nous sommes en 1924.
Lui est commissaire, fils d'un prêtre. Sa mission : liquider un commandant de l'armée finlandaise. Son nouveau nom : Maksim.
Elle, elle sait comment le sauver...
 

Commentaires et bibliographie
 


Interview de Nikolaï Dreïden
à propos de son film L'Autel de l'ange
réalisée à Khanty-Mansiisk par Kinoglaz, le 24 février 2009.


Votre film est un drame historique. Dans l’une de vos interviews, vous avez dit « Nous avons pu exprimer quelques réflexions profondes ». Pourriez-vous expliciter et nous dire qu’elles sont les idées profondes que vous avez voulu exprimer à la fois comme réalisateur et comme scénariste ?

Ces "réflexions" sont le fil conducteur du réalisateur-scénariste et en fait de toute l'équipe de tournage et des acteurs, c'est ce pour quoi et contre quoi nous nous battons. C'est ce qui doit accompagner tout le processus de la création. Dans notre cas, en fait, ces réflexions nous ont été difficiles peut-être parce que nous sommes une génération superficielle. Une génération qui pense selon des schémas plus technologiques que "profonds" et essentiels. Et, en premier lieu, pour mes collaborateurs et moi-même, il était difficile de surmonter ce complexe de la "superficialité" précisément au niveau le plus élémentaire : celui de la production et de la technologie. A ce niveau, où en même temps qu'aux effets spéciaux et mouvements de caméra il est nécessaire de penser à la signification de chaque scène, de chaque détail, au résultat et finalement au sens du film. Pour nous tous, il s'agit d'une réflexion profonde qui nous fait passer du niveau de la production au niveau plus sérieux d'une vision philosophique du monde... Et le thème essentiel est devenu celui d’un monde en pleine rupture.
Je suis un enfant de cette époque d’incertitude et d’inconnu Epoque qui n’était plus celle de l’immobilisme soviétique sans être encore celle du capitalisme. C’était une période intermédiaire. Derrière nous il n’y avait plus rien, les slogans vieux de 70 ans n’avaient plus de sens, autour de nous il n’y avait que ruines.
De même ce qu’on pouvait attendre du futur était obscur. Je suis ainsi le fils de cette période intermédiaire. Et c’est pour cela que se pose en terme aigu pour moi la question du chemin à suivre. Pour moi en tant que personne et de citoyen, mais aussi pour mon pays. D’où vient-il et où va-t-il. Je voudrais bien que dans ma vie existent les valeurs que ma grand-mère qualifiait d’éternelles. Celles qui rendent le monde plus pur et plus clair.


Pouvez-vous préciser, s'il vous plaît quel est le sens principal du film

Le sens est clair et extrêmement simple : "On doit répondre de chacun de ses actes". Chacun de nos actes peut changer le cours des choses et nous, aussi petits que nous soyons dans notre monde immense, nous prenons activement part à la création de ce monde, dans ce "moulin de Dieu", qu'est en fait la vie. Le "slogan" du film est une citation littéraire : "Chacun sera récompensé selon son mérite". Ces mots concentrent le sens fondamental de cette histoire simple d’un meurtre, par un commissaire de 'Armée rouge, de la prise de conscience de son péché, de son repentir, et de l'adoption de ces "valeurs éternelles" qui conduisent à la purification morale.


Parlons du héros. Au d&part, il est persuadé qu’il œuvre pour des « lendemains qui chantent ». Comment s’est opérée sa transformation ?

Le héros principal, Maxime, est le fils d’un prêtre. J’ai fait beaucoup de recherches, j’ai beaucoup lu, discuté avec beaucoup de gens, à propos de cette époque. J’ai ainsi pris conscience de ce que beaucoup de révolutionnaires étaient issus de milieux religieux et qu’un grand nombre avaient fait des études dans des séminaires. Même Joseph Staline, ancien séminariste, avait un certain lien à l’église orthodoxe. Ainsi c’est le renoncement à la foi et le changement facile de repères qui caractérise notre héros. Aujourd’hui je me bats pour le règne de Dieu, demain, pour l’avenir radieux soviétique sans réaliser qu’il s’agit du même combat. L’unique valeur étant la vie, la chaleur humaine, la sincérité et l’Amour.
En ce sens notre héros est un être pensant qui évolue. Une parcelle de doute est enfouie en lui avant même le début du film. Et le cynisme, l’empressement avec lequel il parle au prêtre dans la première scène, sont le reflet de son doute intérieur, de ses conflits intérieurs et ses troubles de l’âme. Et plus tard cette situation s’agrave : il continue dans la confusion « entre l’ange et le démon ». Jenia, petite fille-passeur, révèle une étape importante de son évolution, elle devient l’ange-protecteur, qui sauve, au sens propre du terme cet homme en apparente errance. Elle l’aide sur le chemin de la purification morale et spirituelle et de la régénérescence.


Votre film est-il déjà sorti sur les écrans en Russie ?

La situation de la distribution du cinéma en Russie est très complexe. Il existe quelques sociétés de distribution importantes qui constituent en fait des monopoles. Il est difficile de comprendre comment elles fonctionnent. Vraisemblablement, les responsables de ces sociétés ou bien suivent leurs goûts particuliers, ou bien suivent les stéréotypes de la « distribution cinématographique russe », oubien suivent une politique d’abaissement du goût des spectateurs. C’est ainsi que des films populaires remarquables qui ont leur public et ne coûtent pas très cher, ne sont pas sortis dans les salles même en tirage limité. Et pourtant je suis persuadé que s’ils avaient bénéficié de l’attention des distributeurs, ils auraient fait de bonnes recettes… Ainsi la distribution en Russie est moins un véritable business qu’un divertissement, une activité de prestige ou une plitique. Un véritable homme d’affaires comprend qu’il doit avoir dans son actif un assortiment de produits variés rentable. Je ne crois pas qu’un bon film ne puisse pas rapporter de l’argent en Russie contrairement à ce qui se passe dans le monde entier.
En ce qui concerne mon film, l’Etat a donné son avis de « bon » à la distribution et c’est déjà très important. D’autant plus qu’il a attribué une gratification pour la distribution de mon film


Votre film a reçu des prix ?

Oui et même plusieurs. Il a reçu en le Grand prix du Festival des films d’histoire « Veche » de Novgorod et le Grand prix du festival « Luchezarnyy Angel » et un diplôme au festival « Une fenêtre sur l’Europe » de Vyborg.

Sélections dans les festivals :
- Festival "Vive le cinéma de Russie", Saint-Pétersbourg (Russie), 2009
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2009
- Festival international du cinéma Tarkovski "Le Miroir", Ivanovo (Russie), 2009
- Festival international des premiers films "Esprit du feu", Khanty Mansiïsk (Russie), 2009
- Festival de cinéma russe ''Une fenêtre sur l'Europe'' , Vyborg (Russie), 2008
- Festival de films historiques Vetche, Novgorod (Russie), 2008
- Festival du Film "Lutchezarny angel", Moscou (Russie), 2008
- Festival de cinéma et de théâtre ''Automne de l'Amour'', Blagovechtchensk (Russie), 2008

Images et vidéos
 








 


Vos remarques