Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Amassi MARTIROSIAN
Амаси МАРТИРОСЯН
Amasi MARTIROSIAN
 
URSS (Arménie), 1932, 59 mn 
Noir et blanc, muet, fiction

Les Kurdes yézidis

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Курды-езиды

 

 Kurdy-ezidy

 Kurdy-ezidy


Autres titres : Krdèr-Yezdinèr
 
Réalisation : Amassi MARTIROSIAN (Амаси МАРТИРОСЯН)
Scénario : Gourguen BALASSANIAN (Гурген БАЛАСАНЯН), Patvakan BARKHOUDARIAN (Патвакан БАРХУДАРЯН)
 
Interprétation
Avet AVETISSIAN (Авет АВЕТИСЯН) ...Bro
Asmik HAKOBIAN (Асмик АКОБЯН) ...Chake
Gratchia NERSISSIAN (Грачья НЕРСИСЯН) ...Djalal
 
Images : Boris ZAVELIOV (Борис ЗАВЕЛЕВ)
Production : Armenkino
 

Synopsis
Dans un village kurde situé non loin de la frontière turque et récemment conquis par le pouvoir soviétique, une institutrice vient d’arriver. Elle doit lutter contre la malveillance des anciens notables qui s’opposent à l’éducation et à la collectivisation. Dans un contexte classique dans l’Union soviétique de cette époque, le film fait une description précise du mode de vie des Kurdes yézidis, de leur religion et de leurs coutumes et aussi de leur réaction aux changements politiques.
 

Commentaires et bibliographie
 
« La caméra semble enregistrer tout ce qui tombe dans son champ sans effort. On dirait que le film n'est pas tourné selon un scénario écrit à l'avance mais que c'est la vie réelle qui crée sa dramaturgie. Et la simplicité, la clarté de la source littéraire du film n'ont fait que renforcer sa véracité. Le film fut tourné presque entièrement en extérieurs. Les acteurs, excellents, ont fait ici ce qui est le plus difficile : jouer des archétypes. Ils vivent leur vie réelle, dans laquelle il ne peut y avoir ni caméra ni projection. D'où un saisissant effet stylistique de caméra cachée. Martirossian a dépouillé à peu près totalement sa subjectivité, son regard d'auteur sur le réel. Et le résultat est un film que l'on peut à peine qualifier de fiction même si l'on voit à l'écran de célèbres acteurs. »
Gareguine Zakoïan in Armianskoe nemoe kino


Vos remarques