Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Nikolaï CHENGUELAIA
Николай ШЕНГЕЛАЯ
Nikolay SHENGELAIA
 
URSS, 1932, 109 mn 
Noir et blanc, muet, fiction

Les Vingt six commissaires

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Двадцать шесть комиссаров

 

 Dvadtsat shest komissarov

 Dvadtsat shest komissarov


 
Réalisation : Nikolaï CHENGUELAIA (Николай ШЕНГЕЛАЯ)
Scénario : Nikolaï AMIRAGOV (Николай АМИРАГОВ), Nikolaï CHENGUELAIA (Николай ШЕНГЕЛАЯ), Alexandre RJECHEVSKI (Александр РЖЕШЕВСКИЙ)
 
Interprétation
M. ABESSADZE (М. АБЕСАДЗЕ)
Kote ANDRONIKACHVILI (Коте АНДРОНИКАШВИЛИ)
Vériko ANJAPARIDZE (Верико АНЖАПАРИДЗЕ) ...Femme d'un travailleur
Khaïri EMIR-ZADE (Хайри ЭМИР-ЗАДЕ)
Vladimir GARDINE (Владимир ГАРДИН)
K. GASSANOV (К. ГАСАНОВ) ...Stepan Shaumian, dirigeant arménien
Mikhaïl JAROV (Михаил ЖАРОВ) ...Membre du parti menchevik
Ivan KLIOUKVINE (Иван КЛЮКВИН) ...Petia, soldat de l'armée rouge
N. KOULIKOV (Н. КУЛИКОВ)
Vassili KOVRIGUINE (Василий КОВРИГИН) ...Vaska, le marin
Mustapha MARDANOV (Мустафа МАРДАНОВ)
Alekper MELIKOV (Алекпер МЕЛИКОВ)
Ala-Verdi MELIKOV (Ала-Верды МЕЛИКОВ)
Alissattar MELIKOV (Алисаттар МЕЛИКОВ)
Piotr MORSKOI (Пётр МОРСКОЙ) ...Communiste du front
P. RIAZANOV (П. РЯЗАНОВ) ...Général Denvill
Igor SAVTCHENKO (Игорь САВЧЕНКО) ...Dirigeant du parti social révolutionnaire
Baba ZADE (Баба ЗАДЕ) ...Azizbekov
 
Images : Evgueni SCHNEIDER (Евгений ШНЕЙДЕР)
Décors : Viktor ADEN (Виктор АДЕН)
 

DVD avec sous-titres
Editeur : Bach Films

Synopsis
Au printemps 1918, le prolétariat de Bakou vit des jours difficiles. La ville est coupée du reste de l'Union soviétique. La faim fait son apparition. Les traîtres mencheviques proposent d'accepter l'aide anglaise. Les communistes de Bakou dénoncent leurs desseins criminels. Mais les forces contre-révolutionnaires l'emportent et les vingt-six commissaires de Bakou sont arrêtés, déportés et fusillés.
Après les victoires remportées par le pouvoir soviétique sur tout le territoire du pays, les révolutionnaires de Bakou renversent le pouvoir. Bakou devient soviétique.
 

Commentaires et bibliographie
Les origines du cinéma soviétique : un regard neuf, Myriam TSIKOUNAS, Cerf, 1992
 
« Ce film ne fait pas partie de ceux qui peuvent plaire ou ne pas plaire : il est au-dessus de ça », dira le critique et écrivain Chklovski à sa sortie, en février 1933.

"Le film, Les 26 commissaires, porte la marque de l'influence de deux théories erronées qui eurent une grande diffusion à la fin des années 20 : les théories du « cinéma intellectuel » et du « scénario émotionnel», et cela mena la réalisateur géorgien de talent, Chengelaïa, à un échec idéologique. Le film était consacré à l'une des pages les plus tragiques de l'histoire de L'Azerbaïdjan soviétique — la lutte pour la sauvegarde de l'autorité soviétique sur Bakou, entouré par les armées anglaises et turco-allemandes, en 1918. Au lieu de concentrer l'intérêt sur la présentation du prolétariat de Bakou, militant passionné pour la révolution, les auteurs des 26 commissaires se sont laissés entraîner par un autre problème. Ils ont pris comme idée centrale du film une pensée politique abstraite sur la « responsabilité morale » de la classe ouvrière de Baku dans la mort de ses chefs. Toute la construction du film était fondée sur cette idée imaginée et sans fondement artistique. Le personnage essentiel était le « héros-masse » — le prolétariat de Bakou représenté soit par des symboles anonymes et des allégories — « l'ouvrier moyen », « l'artisan azerbaïdjanais », « l'ouvrier famélique », « la femme de l'ouvrier », etc. soit par « les foules des collectifs», « les masses pensantes » — et le Conseil de Baku des députés des ouvriers... La critique favorable au film (les partisans de la méthode du « cinéma intellectuel ») soulignait avec force la forme expressive du film, surtout dans la magnifique façon de traiter l'exécution des commissaires, les puissants torrents de pétrole parfaitement photographiés, présentés comme les symboles de la richesse populaire de l'Azerbaïdjan, les différents portraits réussis des députés du Conseil de Baku.
Cette appréciation de la forme du film était en grande partie juste. À la suite des partisans du « montage pictural au cinéma », l'auteur s'était efforcé, avec les procédés techniques de la prise de vues, de compenser l'absence de dramatisme profond et le caractère primitif de l'incarnation des personnages. Mais un bon travail d'opérateur, n'était pas en mesure de recouvrir, et ne recouvrait pas, l'erreur dans la conception idéologique, ni le relâchement du sujet, ni le manque de personnalité des personnages. Comme il fallait s'y attendre, le film ne fut pas bien accueilli par les spectateurs. Les journalistes essayaient de consoler Chengelaïa en disant que les réalisations « novatrices » ne pouvaient pas être comprises par la masse. Le film « n'est pas de ceux qui plaisent et gui plairont — il est bien plus haut que cela », disait par plaisir Chklovski. Mais cette explication ne faisait pas plaisir à Chengelaïa. Après avoir surmonté l'amertume de la défaite, après une forte résistance intérieure, il comprit les défauts de la méthode employée dans les Les 26 commissaires et dans ses œuvres ultérieures il s'efforça de renforcer le côté réaliste de sa création.
N.A. Lebedev. Essais sur l'art cinématographique soviétique, cité dans Le cinéma russe et soviétique, Centre Pompidou, 1981

Sélections dans les festivals :
- Fondation Jérôme Seydoux. Octobre 1917, une révolution en images, Paris (France), 2017
- Festival de cinéma de Douarnenez, Douarnenez (France), 2009

Images et vidéos
 
 


Vos remarques