Kinoglaz

 

Diary of events

- Stop Press

On current release

Festivals

 

Films

DVDs

- Watch on line

Names

Articles

Production

History

Seminars


Bibliography


Ongoing events

 

Awards

Box office

 

Statistics

 

Partnerships

 

Site map

Links

Contacts


Search with Google    


Festival de cinéma dans le cadre du projet « Saisons Noureev » au Centre de Russie pour la Science et la Culture

Paris (France) - 05 December 2018 - 07 December 2018



 

 


Rudolf Nureev. Rebellious demon, 2012

(Рудольф Нуреев. Мятежный демон)


Tatyana MALOVA
(Татьяна МАЛОВА)



Other films


- Rudolf Noureev : Saut vers la liberté (Rudolf Nureyev : Dance to Freedom), Richard CURSON SMITH, Fiction, 2015, 90 minutes. La danse, l’espionnage et la passion sont intimement liés dans l’histoire de Rudolf Noureev, grand danseur du ballet soviétique, qui au terme de sa tournée à Paris en 1961 a demandé l’asile politique et ainsi est resté à l’Occident. Il est qualifié du plus célèbre « transfuge » de l’URSS et une légende vivante.

- Visite (Визит), Boulat YOUSOUPOV, fiction, 31 min. C’est une histoire basée sur des faits réels. En 1977, la reine de Jordanie, Dina bin Abdel Hamid, est arrivée à Oufa avec une visite officielle. Son véritable objectif était une rencontre secrète avec la mère de Rudolf Noureev afin de lui transmettre un message de son fils. Il était en France après avoir refusé de rentrer au terme de sa tournée et, pendant plusieurs années, n’a eu aucune possibilité de contacter la personne la plus proche. Ce fait peu connu a été décrit dans son livre par Yavdat Iskuzhin, témoin oculaire de ces événements. La souffrance et la dure cruelle décrites dans le livre ont trouvé leur place également dans le film de Bulat Yusupov.

- Rudolf Noureev tel qu’il est, Nicolaï BORONINE, Documentaire, 47 min., 1991, URSS, Gosfilmofond. C’est le seul film russe sur Rudolf Noureev (1938–1993) de son vivant, grand danseur de ballet, chorégraphe et metteur en scène. Il est particulièrement précieux car il comprend un excellent entretien de Noureev lors de son arrivée à Leningrad en 1990.

- Rudolf Noureev, contrat avec la mort, Vladimir VINOGRADOV, Documentaire, 2006, 45 min, Russie. Le 16 juin 1961, le célèbre danseur soviétique Rudolf Noureev s’échappa en Occident, refusant de revenir de sa tournée parisienne en URSS. Après avoir appris l’évasion de Noureev, Khrouchtchev rêvait d’une chose: exiger le rapatriement du fugitif et le punir … Noureev ne regrettait jamais de cette décision. Pendant plus de vingt ans, il montait sur les scènes des plus grands théâtres du monde environ trois cents fois par an. Il s’appelait « Gengis Khan du Ballet » et « frénétique ». L’engouement de tous adulé de Rudolf Noureev a été décrit comme « rudimania », et sa richesse s’élevait à des millions de dollars. À propos de son emportement, égoïsme, avarice et de son amour sans bornes pour les hommes, la légende est composée. Obsédé par le mouvement perpétuel, il a vécu avidement et sans pitié temps, force, talent, sentiments. Mais il ne savait pas quel prix terrible il paierait pour son insatiabilité.

- Rudolf Noureev, génie indomptable, Dmitry BOLIZHEVSKY, Documentaire, 46 min, production : « Veramar-vidéo » à la demande de la chaîne TVC, Russie. Il y a presqu’un quart de siècle, au mois de janvier 1993, Rudolf Noureev, danseur qui a conquis le monde, a été enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois à Paris. Il a réussi à combiner la classique et la modernité dans la danse. Lors de ses performances, le public a crié de joie, aux biographes il a laissé l’histoire de sa vie, pleine de contradictions et de mystères. On a parlé de Noureev devant lui ou semer des rumeurs dans son absence « Génie! ». A son tour, il pensait à lui-même de cette manière. Et il se comportait comme s’il n’y avait aucune notion de moralité, d’éthique, d’étiquette. Pour Rudolf Noureev, il n’y avait rien de sacré à part une chose: la danse classique. Pourquoi a-t-on aimé et détesté Rudolf Noureev ?

- Venise, carnaval, amour (Venezia, carnevale - Un amore), Mario LANFRANCHI, Fiction, 1982, Italie. Le dernier film avec Noureev dans le premier rôle. Acteurs : Rudolf Noureev, Carla Fracci, Peter Ustinov, Clarita Gatto.