Kinoglaz

 


- Stop Press


Diary of events

 

Films


Names


Film documentation

 

Links

 

L'association kinoglaz.fr




Search with Google    


Rétrospective Eisenstein au Centre Pompidou-Metz

Metz (France) - 28 September 2019 - 24 February 2020

https://www.centrepompidou-metz.fr/l-il-extatique-sergue-eisenstein-cin-aste-la-crois-e-des-arts



 

L’exposition bénéficie de prêts exceptionnels des Archives d’État de Russie de littérature et d'art.

 


Ivan Grozny (2-ya seriya), 1945

(Иван Грозный (2-я серия))


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Ivan Grozny (1-ya seriya), 1944

(Иван Грозный (1-я серия))


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Aleksandr Nevski, 1938

(Александр Невский)


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Da zdrasvuet meksika, 1931

(Да здравствует Мексика)


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Staroye i novoye, 1929

(Старое и новое)


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Oktyabr, 1927

(Октябрь)


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Bronenosets Potiomkin, 1925

(Броненосец «Потемкин»)


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)


Stachka, 1924

(Стачка)


Sergey EISENSTEIN
(Сергей ЭЙЗЕНШТЕЙН)




Sergueï Eisenstein, réalisateur mythique qui fit la gloire du cinéma russe, est bien plus qu’un cinéaste. Cultivant l’art du montage et de la lumière au point d’inventer un nouveau langage visuel au milieu des années 1920, Eisenstein s’est toujours placé à la croisée des arts. Homme de théâtre et de littérature, dessinateur, théoricien, passionné d’archéologie et d’anthropologie,il n’a cessé de se nourrir de l’histoire de l’art tout au long de sa carrière.Le Centre Pompidou-Metz propose une rétrospective de son oeuvre en regard de l’influence de cet héritage universel. On y retrouve les grands films qui l’on fait connaître (La Grève, 1924 ; Le Cuirassé Potemkine, 1925 ; Octobre, 1927 ; La Ligne Générale, 1929 ; Que Viva Mexico !, 1932 ; Alexandre Nevski, 1938 ou encore Ivan le Terrible, 1944-46), mais aussi ses expérimentations théâtrales, ses dessins riches de symboles, tracés à la ligne claire, ou ses projets inachevés. L’exposition retrace la méthodologie et l’approche visionnaire du cinéaste, aux productions fortement liées à l’histoire russe mais aussi à ses nombreux voyages en Europe, au Mexique et aux Etats-Unis, à ses lectures et à ses rencontres. https://www.centrepompidou-metz.fr/l-il-extatique-sergue-eisenstein-cin-aste-la-crois-e-des-arts