Alexandre SOKOUROV
Александр СОКУРОВ
Alexandre SOKUROV
Russie, 1998, 260mn 
Couleur, documentaire
Confession
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Повинность

 

 Confession

 Povinnost

Autres titres : Confession d'un capitaine ; Obligations
 
Réalisation : Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ)
Scénario : Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ)
Images : Alekseï FEDOROV (Алексей ФЕДОРОВ)
Ingénieur du son : Sergueï MOCHKOV (Сергей МОШКОВ)
Produit par : Svetlana VOLOCHINA (Светлана ВОЛОШИНА)
Production : Lenfilm, Roskomkino, Studio Nadejda
 
format : Vidéo
Site : www.sokurov.spb.ru/island_ru/documetaries/povinnost'/mnp_pov.html

A noter :
5 séries TV de 45 minutes. Avec des musiques de Wagner, Rakhmaninov, Tchaïkovski, Toru Takemits.

DVD avec sous-titres
Editeur : Ideale Audience. 2004.
Sous-titres : FR
2 dvd; 210 mn

Synopsis
Les forces armées ne sont pas des soldats ordinaires mais des garde-frontières. Ils ont une mission à accomplir et n'attendent pas que les politiciens leur fournissent une guerre. Dans ce documentaire poétique sur la vie des marins, le thème militaire est traité comme un sujet existentiel, comme une métaphore de la conduite humaine. Importance de la voix off, en particulier, celle du capitaine.
 

Commentaires et bibliographie
 

« Entre la mer de Barents et la mer Blanche, un bateau de guerre avance dans la nuit constante de l'Arctique, avec à son bord une troupe de jeunes recrues, un capitaine de 30 ans, et quelques officiers : un monde, la Russie, l'Europe, le nôtre, survit entre ciel et mer, ultime témoignage d'un passé et de sa spiritualité. » (N. Garrel). A l'occasion du 25ème anniversaire de la BPI.

« Les cinq heures du splendide Povinnost, nous confirment, entre autres (...), que ce cinéaste est actuellement le seul, ou presque, à joindre à l'esthétique même de son oeuvre une idée de l'histoire et de l'âme de son pays, à la creuser de film en film jusqu'à en être l'unique dépositaire. Ceci en convoquant de multiples formes d'art et de pensée. Povinnost est un exemple parfait de cela : le film atteint sans cesse à une dimension épique, débarrassé des facilités de l'anecdote. Il est construit pour faire date. » Olivier Joyard in Les Cahiers du cinéma no 528, octobre 1998.

Sélections dans les festivals :
- Festival international du film de Tromso : TIFF, Tromso (Norvège), 2011
- Cinéma documentaire russe musée du quai Branly (Paris), Paris (France), 2008